Santé
Publié il y a 11 mois - Mise à jour le 09.12.2021 - philippe-gavillet-de-peney - 3 min  - vu 320 fois

CORONAVIRUS Le point sur la vaccination en Occitanie

La Ville a décidé de fermer ce centre au 28 février (Photo Corentin Corger)

(Photo Corentin Corger)

Grâce à la mobilisation des professionnels hospitaliers et libéraux, la campagne de vaccination se poursuit de façon très dynamique en Occitanie, avec près de 380 000 injections réalisées la semaine du 30/11/21 au 7/12/21.

Le nombre de centres de vaccination continue d’augmenter en région avec 130 centres ouverts. La mobilisation des professionnels libéraux continue également de s’accroitre. 47% des injections sont désormais assurées en ville, soit en pharmacie d’officine (76% des officines pratiquent la vaccination), en cabinet, au laboratoire de biologie médicale ou à domicile. 1 031 144 doses de rappel ont été injectées dans notre région au 7/12/21. Pour mémoire en Occitanie, 3,4 millions de personnes sont progressivement éligibles au rappel, au terme du 5e mois suivant leur dernière injection et en

particulier sur la période allant de janvier à mars 2022.

Des stocks et des livraisons en vaccins suffisants pour répondre à la demande

Les stocks et allocations de doses de vaccin ARN messager pour la région sont suffisants pour répondre à la forte demande de vaccination, pour les doses de rappel comme pour les primo ou deuxièmes injections. Près de 1,3 millions de doses (environ 128 000 Pfizer et 1 123 200 Moderna) seront ainsi livrées en décembre. Les livraisons de vaccins sont faites selon les stocks disponibles au niveau national. Les centres de vaccination et les professionnels libéraux (pharmaciens, médecins, infirmiers...) ne choisissent donc pas la marque des vaccins qu’ils reçoivent.

La dose de rappel indispensable

L’immunité vaccinale contre le covid-19 commence à diminuer au bout de cinq mois en général, quel que soit le vaccin utilisé lors du premier schéma vaccinal. Pour les personnes âgées ou immunodéprimées, ce délai est réduit à trois mois. C’est cette baisse de l’immunité qui explique la nécessité de faire une dose de rappel. Il est indispensable de bénéficier d’un « boost » immunitaire pour conserver une protection forte et durable contre le virus. Il n’y a aucune contre-indication médicale à recourir à une vaccination hétérologue, c’est-à-dire à faire son rappel avec un autre vaccin que celui avec lequel on a effectué son schéma vaccinal initial.

Moderna et Pfizer : deux vaccins efficaces, sûrs et interchangeables

Les 2 vaccins Pfizer (Comirnaty®) et Moderna (Spikevax®) sont équivalents. Ils ont le même principe actif (selon la technologie dite de l’ARN messager) et la même efficacité sur les formes graves de la maladie. Ils sont compatibles entre eux et on peut par exemple avoir reçu deux premières doses de vaccin Pfizer et recevoir une dose de rappel en Moderna et vice-versa. Les seules différences concernent leur conditionnement et leurs modalités de conservation. La Haute autorité de santé (HAS) a quant à elle rappelé dans son avis du 8/11 que "plusieurs études conduites en conditions réelles d’utilisation tendent à montrer une efficacité vaccinale légèrement supérieure pour Moderna

par rapport à Pfizer dont l’efficacité est déjà très bonne", confortant l’intérêt de Moderna, en particulier chez les personnes à risque de forme grave de covid-19.

En attendant les données complémentaires et compte tenu des informations disponibles actuellement à partir des études françaises et américaines, la HAS recommande le vaccin Pfizer pour les moins de 30 ans. En effet, si les vaccins Moderna et Pfizer présentent une tolérance très bonne, une nuance concerne toutefois les hommes de moins de 30 ans : de très rares cas (environ 1/10 000) d’inflammation du muscle cardiaque, la plupart du temps passagère et sans gravité, ont été observés avant cet âge avec le vaccin Moderna.

Cela pourrait être expliqué par le fait que la concentration en ARNm du vaccin Moderna était plus important que celui du vaccin Pfizer. Cette différence de concentration pourrait aussi expliquer une efficacité plus durable dans le temps avec le vaccin Moderna par rapport au vaccin Pfizer.

Conformément à ces recommandations, le vaccin Pfizer est donc priorisé pour les personnes de moins de 30 ans. Pour les plus de 30 ans, les vaccinations pourront être proposées en Pfizer comme en Moderna en fonction des approvisionnements.

Les gestes barrière, plus que jamais

Les gestes barrières, avec le temps, ont tendance à être abandonnés ou moins bien appliqués. Or en complément de la vaccination, ils sont indispensables, particulièrement pour lutter contre la covid-19 et les virus de l’hiver déjà très présents dans notre région. Que ce soit pour soi ou pour les autres, il reste essentiel de se laver très régulièrement les mains, d’éternuer dans son coude, de porter un masque en présence d’autres personnes, de ne pas se faire d’embrassade et d’aérer les pièces le plus souvent possible, au minimum quelques minutes toutes les heures.

Philippe Gavillet de Peney

Santé

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais