Publié il y a 7 mois - Mise à jour le 13.10.2023 - Abdel Samari - 1 min  - vu 471 fois

SANTÉ Journée noire dans les cabinets médicaux : Elodie Le Buzullier, médecin généraliste à Sauve nous explique pourquoi

Elodie Le Buzullier, médecin généraliste à Sauve participe à la manifestation de ses collègues à Montpellier ce vendredi 13 octobre 2023

- Photo DR Objectif Gard

"Nous défendons une médecine de qualité dans l'intérêt des Français"

Jour de grève chez les médecins libéraux ce vendredi 13 octobre 2023. Ils protestent sur l’ensemble du territoire contre la proposition de loi Valletoux qui apporte, selon son auteur, "des solutions urgentes et nécessaires pour faire face à la crise du système de santé, qui constitue la première préoccupation des Français".

"C'est faux" pour Elodie Le Buzullier, médecin généraliste à Sauve : "Cette loi va faire fuir les médecins, particulièrement les jeunes. Elle va imposer des contraintes lourdes alors que déjà, certains territoires souffrent d'attractivité."

Autre revendication au coeur des enjeux : la reprise des négociations conventionnelles. Une consultation médicale coûte 25 euros. Si la loi est adoptée, elle augmenterait de 1€50. Insuffisant pour cette professionnelle. "La revalorisation qui doit entrer en vigueur le 1er novembre est largement insuffisante et pas à la hauteur. Nous défendons une médecine de qualité dans l'intérêt des Français. Alors que cette loi Valletoux consacre un montant extrêmement faible pour la prise en charge de la charge administrative qui nous empêche de consacrer plus de temps à l'activité médicale. Pire, elle va ajouter de la paperasse supplémentaire."

Enfin, la question de l'investissement de l'État dans le budget Santé pour 2024 est aussi pointé du doigt. "On nous présente une hausse de 3,2% mais c'est moitié moins que l'inflation actuelle à 6%. Ce n'est pas acceptable."

L'Ordre des médecins qui dénombre environ 82 000 médecins libéraux en France ne précise pas combien de cabinets sont fermés aujourd'hui. Une chose est certaine, s'ils ne sont pas entendus, les docteurs risquent de poursuivre encore plusieurs jours leur mouvement. Au détriment des malades...

Abdel Samari

Santé

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio