Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 13.03.2022 - thierry-allard - 3 min  - vu 1370 fois

NÎMES OLYMPIQUE Découvrez les notes des Crocos après la victoire face au Havre AC

Bratveit, le Croco clé de cette victoire au Havre (Photo d'archives Anthony Maurin). - Anthony MAURIN

Yassine Benrahou a marqué le seul but du match sur pénalty [Photo via MaxPPP] • MAXPPP

Le lendemain de chaque match du Nîmes Olympique, la rédaction sport d’Objectif Gard vous propose une analyse des prestations individuelles des Crocos. Retour sur la victoire des Nîmois (0-1) au stade Océane du Havre. 

Le Croco clé

Per Kristian Bråtveit (8/10) : Sollicité à de nombreuses reprises par les Havrais dès les premières minutes de la rencontre jusqu’aux arrêts de jeux, le portier norvégien a été impérial dans les cages nîmoises. Une nouvelle fois décisif. Seule petite ombre au tableau : une sortie mal maîtrisée sur un centre au quart d'heure de jeu, heureusement sans conséquence. 

Au cas par cas

Gaëtan Paquiez (6/10) : Un match dans ses standards, solide derrière, peu en vue offensivement. Quelques tacles et interventions bien senties. 

Kelyan Guessoum (6/10) : Un match solide lui aussi, comme l’ensemble de l’arrière-garde Croco. De bonnes interceptions, mais du déchet dans la relance. 

Pablo Martinez (6/10) : À l’image de son compère de la charnière centrale, le capitaine Nîmois a été costaud et très rarement pris en défaut par les attaquants Havrais. Un bon match.

Pablo Martinez a livré un âpre combat défensif face au Havre ce soir [Photo via MaxPPP] • MAXPPP

Théo Sainte-Luce (5/10) : Le latéral gauche Nîmois a fait le boulot, mais nous a déjà habitués à mieux offensivement. Dommage, surtout qu’il y avait la place. 

Andrés Cubas (7/10) : Le patron du milieu. D’innombrables interceptions, récupérations et quelques tacles propres, le Paraguayen a fait énormément de bien à son équipe. 

Lamine Fomba (5/10) : À côté de Cubas, il a été discret. Utile cependant, avec quelques interventions tranchantes suivies de bonnes passes. 

Niclas Eliasson (6/10) : Le Suédois a été tantôt discret, pour ne pas dire invisible, tantôt un poison pour les Havrais sur son côté. Une nouvelle fois décisif, puisqu’il obtient le pénalty transformé par Benrahou. 

Yassine Benrahou (6/10) : Cette fois, le numéro 10 Croco s’est chargé de tirer et de transformer le pénalty obtenu par Eliasson, marquant son 9e but de la saison (le 11e toutes compétitions confondues). En dehors de ce pénalty bien tiré, il a joué juste. Remplacé par Ponceau à la 69e, qui ne s’est pas particulièrement signalé. 

Zinedine Ferhat (5/10) : Face à son ancien club, il n’a pas été décisif et signe un match moyen. Utile tout de même dans le jeu, mais on attend plus d’un joueur de cette trempe. Remplacé par Valerio (83e), fougueux mais brouillon dans ses transmissions. 

Moussa Koné (5/10) : Tout sauf un match facile pour l’attaquant sénégalais, longtemps sevré de ballons. Reste qu’il s’est battu, et aurait pu obtenir un pénalty sur une action litigieuse avec le gardien Havrais. Remplacé par Ómarsson (69e), dans le même registre et pour le même résultat.

Nicolas Usaï (Photo Anthony Maurin). • Anthony MAURIN

Le coach - Nicolas Usaï (6/10) : Ses choix de titulariser Guessoum derrière pour profiter de sa vitesse et Koné devant ont plutôt bien fonctionné. Du mieux en défense par rapport aux derniers matchs. Il avait demandé à ses joueurs de ne pas encaisser de but et la mission est remplie. En revanche, ses remplacements n’ont eu, une fois de plus, qu’un impact très limité sur la rencontre. 

L’arbitre - M. Legat (5/10) : Quelques décisions litigieuses, voire difficilement compréhensibles, comme cette faute sifflée contre Eliasson en fin de première période, mais une propension à laisser jouer et à ne pas dégainer les cartons trop facilement plutôt agréable. Pas un grand match pour lui cependant, mais les Crocos n’auront pas à s’en plaindre. 

L’adversaire - Le Havre AC (5/10) : Largement dominateurs sur une bonne partie de la première période, ils n’ont pas réussi à concrétiser au tableau d’affichage. Incapables de mettre du rythme, les hommes de Paul Le Guen ont décliné au fur et à mesure du match, avant un sursaut en toute fin de rencontre. Trop peu, trop tard, face à une équipe qui sait faire déjouer ses adversaires.

Le match (4/10) : Une rencontre qui ne restera pas dans les annales du jeu, entre un rythme lent, de nombreuses fautes techniques surtout havraises, et des défenses qui ont pris le pas sur les attaques. On ne retiendra que le résultat, et c’est déjà beaucoup. 

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

Nîmes Olympique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio