A la uneActualité générale.Actualités

UN AN APRÈS, LE SUCCÈS DE LA MAISON DES ADOS DU GARD NE S’ESSOUFFLE PAS

Corinne Bernard et Philippe Rigaulot ont accueillis près de 1200 adolescents dans l'année, à la Maison des Ados à Nîmes. Photo DR/S.Ma

Aider les ados en souffrance. Tel est l'ambition du programme Maisons des Adolescents (MDA), lancé à l’issue de la conférence de la famille de 2004, soutenu par le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé. À la suite de la présentation par Roselyne Bachelot, ancienne ministre de la santé, de la jeunesse et des sports, du plan "santé des jeunes", en 2008, le programme a été amplifié : l’objectif était (et est toujours) de créer une MDA par département, soit 100 Maisons des Adolescents. À ce jour, nous en sommes à 82. Et le Gard en fait partie.

C'est à Nîmes qu'au mois de septembre 2010, de la Maison des Ados gardoise ouvre ses portes. Derrière les grandes baies vitrées se cachent un endroit cosy, meublé de mobiliers IKEA aux couleurs vives. C'est un peu comme une chambre pour ados, tout est réuni pour que l'on s'y sente bien. Et ça marche, en un an, la Maison des Adolescents du Gard a enregistré près de 1200 passages et 350 personnes suivies.

Les missions de la Maison des Adolescents du Gard 

"La MDA est un lieu où une équipe de professionnels (conseillères d'orientation, conjugale et familiale, assistantes sociales, éducatrices, psychologues, médecins et avocats) prend le temps d'écouter les adolescents qui se retrouvent souvent seuls face à leurs souffrances physiques ou psychiques", lance Philippe Rigaulot, chargé de missions coordination et développement mais aussi Docteur en Science Politique et enseignant-chercheur. Ainsi, tout sujet peut être aborder, scolarité, santé, sexualité, coups de blues, droit, avec les différents partenaires de la MDA gardoise, qui selon sa spécialité s'adaptent pour trouver les meilleures réponses aux questions posées par les ados. "Nous sommes là pour les accompagner. Nous pouvons aussi les orienter vers des partenaires extérieurs que nous avons au préalable rencontré."

Face à ces adultes, pas facile de délier la langue. Mais une fois le lien de confiance tissé, la parole se libère, notamment lorsque les ados savent qu'ils peuvent témoigner de leur expérience dans l'anonymat. "D'après ce que nous disent les ados, à la MDA, ils se sentent protéger comme dans un cocon. Et puis, des adolescents qui vont bien viennent aussi à la MDA et partagent de bons moments avec ceux qui vont moins bien", ajoute Philippe Rigaulot.

80% des adolescents qui ont passé la porte de la MDA à Nîmes ont été orientés par des amis, des parents, des professeurs ou des infirmières scolaires, pour parler de leurs souffrances qui à 70% concernent des conflits familiaux.

Avis aux professionnels, la MDA du Gard propose aussi des "formations complémentaires". En 2010, le thème abordé était les "ados et les médias". Pour 2012, ce sera la "prévention du suicide".

Maison des Adolescents du Gard - Anonyme et gratuit - 14 bis boulevard Gambetta à Nîmes - Ouverture le mardi, jeudi et vendredi de 13h à 19h, le lundi et mercredi de 10h à 18h - 04 66 05 23 46.

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité