Alès-Cévennes

BARJAC : 10EME ÉDITION DES THÉÂTROPES, DU 27 AU 29 AVRIL 2012

 

10e édition des Théâtropes, festival de théâtre d'ici et d'ailleurs, du vendredi 27 au dimanche 29 avril, au château de Barjac.

En 2003, trois jeunes étudiants ont eu la folle idée de créer des rencontres de théâtre amateur réunissant des troupes venues d'ici et d'ailleurs. Près de dix ans plus tard, chacun a construit sa vie et "Les Théâtropes, Barjac en scène" sont toujours là, avec une philosophie inchangée: partage et rencontres autour du théâtre amateur.

C'est ainsi que nous vous donnons rendez-vous du 27 au 29 Avril au château de Barjac pour la dixième édition des Théâtropes.

Pour cette 10e édition, l'ensemble de l'équipe Art'Tatouille vous donne rendez-vous pour vivre de beaux moments de spectacle vivant avec des troupes venues d'ici et d'ailleurs.

Les Théâtropes 2012 seront marqués par la présence exceptionnelle d'une grande comédienne. Bernadette Lafont sera l'invitée d'honneur de cette 10e édition. L'occasion pour Art'tatouille de revenir avec elle sur une partie de sa carrière.

Une exposition de photographies, intitulée “Bernadette Lafont, portraits en métamorphoses” composée de photos de plateaux retracera également le parcours de celle qui fut appelée La fiancée du cinéma.

 

www.objectifgard.com vous propose de découvrir le programme complet :

Vendredi 27 avril 2012

14h30 : “Le journal de grosse patate” par Les Tréteaux des Charrels / Aubagne

Le Journal de Grosse Patate porte un regard sensible sur la cruauté de l’enfance. Grosse Patate c’est le surnom qu’on donné à cette petite fille à l’école parce qu’elle mange tout le temps. Commence alors un journal intime, le temps d’une année de CM2, entre le monde de l’école, souvent cruel et les rêveries ou le discours de la lune. Dans ce monde d’écoliers, il y a Rosemarie la timide, Rémi son souffre-douleur, trouillard comme une fille, et Hubert dont tout le monde est amoureux. Entre tristesse, désespoir et petits bonheurs, les interrogations sensibles d’une petite fille qui essaie de comprendre le monde.

 

18h : “Les petites vacances” film de Olivier Peyon (2007) en présence de Bernadette Lafont..

Danielle, mamie exemplaire pour qui la vie semble s'écouler sans le moindre problème, va basculer rapidement dans une crise existentielle. L'opposition de sa petite-fille Marine, pré-ado, va pousser Danielle dans ses derniers retranchements à travers un road movie alpin.

 

19h30 : Vernissage de l’exposition “Bernadette Lafont, portraits en métamorphoses”

Composée de 30 photographies de plateau, l’exposition retrace les grandes étapes de la carrière cinématographique de la comédienne gardoise Bernadette Lafont. Placés sous le signe de l'adiversité, ces portraits la mettent en scène dans des genres cinématographiques fort divers, de la comédie la plus débridée au drame le plus sombre, en passant par des films policiers ou historiques. L’ensemble met en valeur les métamorphoses physiques d’une comédienne qui, dès la fin des années 1950, dans la lignée d’une Bardot, a bousculé les conventions héritées du théâtre pour inventer un jeu d’acteur moderne, spontané et populaire.

 

20h45 : “Journey / Voyage” par le Pstrag Teatr / Pologne suivi du pot d’ouverture des Théâtropes.

Quelques mots cependant pour situer le propos :  La Pologne a toujours été un lieu de passage, un lieu de rencontre entre des civilisations très différentes, entre l’Est et l’Ouest. Depuis quelques années, le mirage de l’Occident agit comme un aimant: mais pour l’attendre faut-il abandonner pour autant toute sa culture? «Voyage» c’est aussi cette question mais dans le sens du temps: pour gagner le futur faut-il oublier son passé, sa mémoire ? Lancés dans le train de l’histoire, avec leurs vieilles valises ou sont rangés les souvenirs, les hommes vont et viennent, d’un coin de la mémoire a l’autre: faite de personnages de romans de grands auteurs européens, comme de souvenirs scolaires de l’histoire séculaire, lourde du poids des grands mythes qui l’ont traversée – de la religion toute puissante, a l’ére socialiste – souvenirs figés comme sur une photo désuète... « mais que sont donc mes parents devenus qui m’avaient de si près tenus... » ? Mémoire aussi de ces jeunes soldats morts en des combats douteux; restent la tristesse de la mère et la rage du père : les médailles n’y changent rien. Tourne et tourne en nos têtes la grande foire de tous ces personnages qui, aussi poussiéreux soient-ils, nous relient à notre passé que faut-il garder, que faut-il jeter pour regarder vers le futur ? Pour reprendre le train de l’histoire ?

 

Samedi 28 avril 2012

11h : “Paul” film de Diourka Medvecky (1969) en présence de Bernadette Lafont

Paul, un jeune bourgeois en rupture avec son milieu d'origine, rencontre une communauté de végétariens vagabonds vivant de la mendicité qu'il décide de rejoindre.

 

15h30 : Rencontre autour de Bernadette Lafont

La comédienne Bernadette Lafont sera l'invitée d'honneur des Théâtropes 2012. L'occasion de revenir avec elle sur une partie de sa carrière. De Claude Chabrol à Nelly Kaplan, en passant par François Truffault et Claude Miller avec "Les bonnes femmes", "Le beau serge, "La Fiancée du pirate", "Une belle fille comme moi" ou encore "L'éffrontée" et bien d'autres films nous passerons toute une après-midi à parcourir la carrière de celle qui fut considérée comme la fiancée du cinéma Français et qui  est née sur les écrans avec la Nouvelle Vague. Le parcours théâtral de la comédienne sera également abordé avec des lectures orchestrées par trois comédiens.

18h30 : “Tango y arenque” de Hanokh Levin par Teatro Netanya / Israël

« Tango y Arenque » est porté à la scène par 2 acteurs, 2 danseurs de tango et chanteur de tango. Le thème central est la déconnexion du couple, entre 2 cultures, à première vue très lointaines et distinctes l’une de l’autre. (C’est surprenant d’apprécier les parallèles humains entre les créations de ces 2 différents mondes : le Tango Argentin et Hanoch Levin). Hanoch Levin, est décédé il ya quelques années, c’est un des dramaturges les plus importants d’Israël. La thématique de Levin est sociopolitique, sa plume est aigue, et sa satire parfois cruelle. Beaucoup de fois il fut en avance sur son temps et prophétisa des processus qui en découlèrent en Israël et sa région à partir des années 70 du 20ème siècle. Les personnages de Levin, toujours à la recherche de l’amour et la joie, sont égoïstes, avides et mesquins, et restent toujours enfermés dans une solitude irrachetable. Ils parlent tous d’eux-mêmes, avec eux-mêmes. Il n’y a pas de dialogue. Même lorsqu’il y a 2 personnages sur scène. Il n’y a pas de contact, personne n’écoute réellement l’autre. Ils disent à voix hautes tout ce qu’ils pensent, et ils pensent exactement comme chacun de nous. Mais ce que nous nous n’oserions pas exprimer, révéler en public, ils le disent sans frein social. Texte et sous-titres se sont mélangés. Levin est un maitre de la médiocrité, de la banalité,de  la solitude et de la bassesse, tout est couvert toujours d’humour extraordinaire, cet humour si spécial que l’on ne peut trouver que chez lui.

 

20h : Buffet offert par l’association Art’tatouille

21h : “Très chère Mathilde” de Israël Horovitz par le Théâtre Solaire / Montpellier

Mathias, un américain fauché arrivé à Paris pour vendre un appartement dont il vient d’hériter. Surprise, il découvre que son père lui alégué l'appartement, en viager, occupé par Mathilde, octogénaire rusée, et Chloé, sa fille. La cohabitation ne sera pas de tout repos. Mystères et histoires seront dévoilés quand les événements du passé reviendront hanter le préent. Un drame à la fois comique, poignant et touchant. My Old Lady a été joué à Broadway en 2002 et ensuite au Canada en 2006 avant d'être adaptée en français en 2009, à Paris. Très chère Mathilde est une pièce du dramaturge Américain Israël Horovitz créée en 2011 à Paris par Line Renaud.

 

Dimanche 29 avril 2012

12h : La traditionnelle paëlla des Théâtropes

14h30 : “Scapin masqué” d’après Molière par la compagnie EnAct

l est à peine nécessaire de vous présenter Les Fourberies de Scapin, pièce de notre répertoire classique national parmi les plus lues et les plus jouées. Nous ajouterons néanmoins quelques mots sur ce personnage qui, pour fourber le vieux Géronte, invente une histoire de galère turque remplie de barbares esclavagistes. N’est-ce pas ce que ferait tout fourbe, de tout temps et en tout lieu, pour manipuler les foules ? Ainsi se croisent un capitaine sécuritaire, des savants et juristes fous à lier, un grand Turc kamikaze et à la fin une superbe arnaque menée de main de maître par Scapin, roi des fourbes.

 

Tout au long du week-end, des associations et compagnies interviendront entre les spectacles pour animer les couloirs du château ou la scène des Théâtropes. Mayéko Création danse et théâtre, la chorale Col Canto, la compagnie Rocambolissimo, la Troupe de Création Dramatique de Tiznit (Maroc), ainsi qu’une Liseuse de bonne aventure dans sa caravane installée dans la cour du château.

 

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité