Actualités

CARTE SCOLAIRE Du Lycée Darboux à la maternelle Mas Bruiguier, même combat !

Les parents d'élèves de la maternelle Mas Bruguier et le personnel du lycée G.Darnoux ont la main ferme dans ce bras de fer face à l'inspection académique. Photo DR/
Les parents d'élèves de la maternelle Mas Bruguier et le personnel du lycée G.Darboux ont la main ferme dans ce bras de fer face à l'inspection académique. Photo DR/

L'un est un lycée professionnel à Nîmes, l'autre une école maternelle à Saint-Hilaire de Brethmas. Point commun entre ces deux établissements, la rentrée 2013 a été perturbée voire carrément repoussée. Chacun manifeste à sa manière et garde la main ferme dans ce bras de fer face à l'inspection académique.

Le personnel de G.Darboux reçu par le directeur académique

Après cinq jours de grève pour manifester contre la suppression de huit postes de 20 heures, l'ensemble du personnel du lycée professionnel Gaston Darboux à Nîmes avait finalement accepté d'accueillir les élèves et ce dès ce lundi 10 septembre. Pour autant, ils n'avaient pas baissé les bras, renouvelant sans cesse leur demande auprès du recteur pour récupérer "l'intégralité" des postes perdus, "un véritable manque de moyens humains" déplorait alors Michel Grand, documentaliste au lycée G.Darboux. "Le mouvement continue. Au moindre incident -- dû à un sous-effectif du côté de la vie-scolaire -- nous ferons valoir notre droit de retrait." C'est à peu près tout ce qu'ils peuvent faire puisque le directeur académique, Jean Guttierez, qui a reçu les représentants du personnel ce mercredi, a confirmé "ne plus avoir de postes à donner pour le moment" relaie Michel Grand. À noter la mission d'évaluation des besoins du lycée G.Darboux commandée par le recteur  est en cours. Patience donc.

Les parents d'élèves occupent toujours la maternelle Mas Bruguier

Deux nuits déjà que les parents d'élèves de la maternelle Mas Bruguier à Saint-Hilaire-de-Brethmas campent dans les salles de classe. Leur revendication porte sur la création d'une sixième classe. Une demande refusée par le directeur académique qui, là encore, n'a pas de poste disponible pour soulager les cinq enseignants qui doivent gérer 154 élèves. "Ce mercredi, nous avons manifesté sur la place de la mairie et dans les rues d'Alès. Depuis lundi, nous n'avons pas de nouvelles de la part du directeur académique. Nous poursuivons donc notre action. Dès demain, nous serons reçus par le député Fabrice Verdier. Mais en attendant nous restons sur place, jour et nuit" précise Christophe Lacroix, élu au conseil d'école.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité