A la uneActualitésPolémique.PolitiquePolitique.

ALES Projet ANRU : Le ras-le-bol des habitants du quartier des Cévennes

Démonstration de force pour soutenir Zohra Benazouz. Photo DR/S.Ma

Quartier des Cévennes à Alès, jeudi 25 avril. Au pied de la tour vidée de ses occupants depuis 2004, à deux pas du pont du Grabieux, un bon nombre de soutiens entourent Zohra Benazouz. Cette commerçante âgée de 48 ans, propriétaire du Tabac-presse Le Grabieux depuis 22 ans, crie au scandale. "Ce matin, avant l'ouverture, des agents municipaux ont placé des plots de béton pour bloquer la sortie de la rue et ainsi empêcher ou dissuader les clients de venir dans mon commerce" enrage-t-elle. Coupure d'eau, coupure d'électricité et maintenant fermeture des accès à son Tabac, la coupe est pleine pour Zohra qui accuse le maire d'Alès mais aussi président de Logis Cévenols en charge de la tour désaffectée, Max Roustan, "d'utiliser des méthodes de voyous pour me faire quitter cette tour." Car la commerçante -- qui a déjà fait l'objet d'une procédure d'expulsion, annulée après un passage devant le tribunal -- en refusant de partir, empêche la tour d'être démolie comme il est prévu dans le programme de l'ANRU pour lequel 60 M€ ont été injectés sur le quartier des Cévennes et des Près-Saint-Jean.

Le projet ANRU remis en question par les habitants

Une butée en béton a été en partie démolie pour faciliter la sortie des véhicules. Photo DR/S.Ma

Point prioritaire de cette convention signée avec l’État, désenclaver les quartiers. "Ce quartier (celui des Cévennes) se compose d'une vingtaine d'immeubles "tours et barres" bordés au sud et à l'ouest par le Grabieux, à l'ouest et au nord par le quartier de Tamaris. Plus éloigné du centre ville que le quartier des Près-Saint-Jean, il est enclavé et constitue un îlot peu fréquenté par les habitants des autres quartiers d'où une image négative de "Cité Ghetto" accentué par des problèmes d'insécurité [...] Des commerces sont présents mais ne structurent pas suffisamment la vie des habitants car situés aux abords d'une voie de circulation automobile longeant le quartier" peut-on lire en page 10 du PRU (programme de rénovation urbaine) d'Alès 2007-2010. Et pourtant, c'est bien l'éventuel départ définitif de ces commerces qui provoque l'émoi des habitants ce jeudi. "Je ne suis pas contre partir. Mais que m'a-t-on proposé comme autre lieu ? Rien. On nous fait croire à la création d'un centre commercial dans le quartier. J'attends encore le projet... Pour l'heure je n'ai eu que des promesses dans le seul but de me faire quitter les lieux. J'ai résisté jusqu'à présent et je résisterai encore longtemps s'il le faut" affirme Zohra qui a pu compter sur le soutien des conseillers municipaux PS, Benjamin Mathéaud et Fabien Gabillon ainsi que du conseiller général du Gard, Jean-Michel Suau (PCF). S'ils ont mis à main à la pâte pour déplacer les plots de béton, les hommes politiques ont toutefois été bousculés par les habitants du quartier. "Vous auriez dû faire plus pour bloquer le projet de l'ANRU, s'est exclamé Karim Benali, un chef d'entreprise. On a des routes, un nouveau pont mais on construit des butées de béton, source de danger notamment à l'endroit de l'arrêt de bus et on ferme nos commerces. Tout cela sans nous demander notre avis. Il n'y a eu aucune concertation avec les habitants, on nous a présenté un projet sans nous demander notre avis. Aujourd'hui, c'est le ras-le-bol qui s'exprime."

Les passagers doivent enjamber une butée de béton pour pouvoir grimper dans le bus obligé de s'arrêter au milieu de la voie de circulation. Photo DR/S.Ma

Un ras-le-bol qui sera très prochainement transmis au Préfet du Gard, Benjamin Mathéaud le promet. "Le député Fabrice Verdier regarde aussi ce dossier de très près. Et le ministre de la Ville, François Lamy qui était venu en visite dans le quartier (Lire ici, Ndlr), a été alerté de la situation." A suivre donc, mais attention, les soutiens de la buraliste sont solides comme du béton, ils n'ont pas l'intention de plier.

S.Ma

 

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité