A la uneActualité générale.ActualitésFéria Gard.

FIL ROUGE. ObjectifGard au coeur du festival taurin de Rodilhan ce dimanche !

D.R/S.Ma
D.R/S.Ma

Une corrida sous haute tension. Comme annoncé, près de 600 militants anti-corridas manifestent ce dimanche, à l'occasion du festival taurin de Rodilhan. Il y a deux ans, la mobilisation du Crac dans les arènes avait dégénéré. 

2013-10-27_14.41.59
DR/S.Ma

17H. RAS dans les arènes de Rodilhan… Au cinquième toro de la corrida de Rodilhan, aucun manifestant anti-corrida ne s'est fait remarquer dans les arènes. Les gendarmes continuent de les garder hors du périmètre de sécurité, défini par l'arrêté municipal.

14H30. A l'approche de la corrida, les esprits commencent à s'échauffer. Les anti-corridas se font de plus en plus pressant. Leur but : se rapprocher au plus près des arènes, voire y rentrer. Dés 15heures, on verra si des anti ont réussi a s'introduire dans les arènes ...

13H. Le maire de Rodilhan, Serge Reder : "Le Festival Taurin de Rodilhan reste une journée traditionnelle. Les anti-corridas ne veulent pas laisser les aficionados vivre leur passion et veulent empêcher que le spectacle se fasse. Les anti-corridas poussent à la violence d'où l'arrêté municipale qui restreint l'accès au centre-ville. Ce matin, dans les arènes, j'ai fait une lecture démocratique pour appeler tout le monde à rester calme. Et si les anti-corridas entrent cette après midi dans les arènes, ils seront évacués par les forces de l'ordre."

D.R/S.Ma
D.R/S.Ma
Premiers tirs de gaz lacrymo. D.R/S.Ma
Premiers tirs de gaz lacrymo. D.R/S.Ma

12H30. On compte 750 militants d'après les chiffres des gendarmes. 800 d'après Jean-Pierre Garrigues.

12H. Les premiers contrevenants viennent d'être arrêtés in extremis par les gendarmes... Ce midi, un groupe de militants du Crac (Comité Radicalement Anti Corrida) ont tenté de désobéir aux ordres de la préfecture, en s'introduisant dans le périmètre de sécurité de 400 mètres qui entoure les arènes.

Un périmètre mis en place par le maire, dans le cadre de la corrida, qui se déroule ce dimanche à Rodilhan. Vite repérés par les militaires, ces derniers ont stoppé les manifestants en utilisant leurs bombes lacrymogène.

11H30. La mobilisation commence à peine... Les 600 militants anti-corridas se dispersent en groupe afin d'encadrer la ville. Depuis ce matin 10h, les opposants à la tauromachie se mobilisent à Rodilhan, à l'occasion du festival taurin de la commune.

D.R/
D.R/
D.R/S.Ma
D.R/S.Ma

11H05. "Nous ferons tout pour empêcher le massacre et nous assumerons. Les militants ont carte blanche". La phrase, sortie tout juste de la bouche du président du Crac (Comité Radicalement Anti Corrida), Jean-Pierre Garrigues, laisse présager des actions chocs de la part des opposants aux corridas, réunis ce dimanche à Rodilhan.

Arrêté municipal : les conséquences du passé

En 2011, le festival taurin avait fait parler de lui suite à la déferlante de violences entre les pro et anti-corridas qui avait soufflé au cœur des arènes où près d’une centaine d’anti-corrida s’étaient invités par surprise. Mais contrairement à 2011, les deux manifestations ont été déclarées en préfecture.

Début octobre, le préfet du Gard, Hugues Bousiges a pris sa plume pour avertir le chef de file des anti-corrida, Jean-Pierre Garrigues, : “S’agissant d’une commune non dotée de police d’État, le maire (de Rodilhan, Ndlr) détient les pouvoirs de police lui permettant d’encadrer ces manifestations. En l’occurrence, compte tenu des graves heurts (encore non jugés) qui ont eu lieu en 2011 [...] il a, par arrêté municipal n°110-2013 du 9 octobre 2013, interdit toute manifestation dans un périmètre de 400m autour des arènes les 26 et 27 octobre prochains.

Si les anti-corrida franchissent la ligne rouge, “vous vous exposez à six mois d’emprisonnement et 76 224€ d’amende, en application de l’article 431-9 du code pénal” précise le préfet.

D.R/S.Ma
D.R/S.Ma

Depuis ce matin, 10H23, les militants anti-corridas se préparent à manifester. Selon les premiers éléments, le cortège de manifestants réunirait pas moins de 600 personnes. Perché sur sa camionnette, le président du Crac (Comité Radicalement Anti Corrida), Jean-Pierre Garrigues, chauffe en ce moment même ses troupes.

Du côté des autorités on compte près de 260 gendarmes, qui encadrent la ville et fouillent les voitures, sont mobilisés.

S.Ma & C.M

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

22 réactions sur “FIL ROUGE. ObjectifGard au coeur du festival taurin de Rodilhan ce dimanche !”

  1. « suite à la déferlante de violences entre les pro et anti-corridas qui avait soufflé au cœur des arènes »
    Pour être honnête, c’est surtout les pro-corridas qui ont été violents, il suffit de regarder les vidéos. La volonté d’impartialité ne doit pas se faire au détriment de la vérité. Merci.

  2. Bravo à tous ces manifestants!!! J’espère qu’ils empêcherons le massacre des animaux au nom d’une immonde tradition espagnole qui n’a rien à faire en France!!!

    1. Ni en France, ni ailleurs cher ami,
      La barbarie est d’un autre temps ….
      Il est grand que l’humain se disant l’espèce la plus évoluée sache Respecter le Vivant dans son ensemble….
      Qui ne sont ni produits, ni objets de sacrifices dans les jeux bassement humain !
      De quel droit !!!!

      NON A LA CORRIDA … ET CROYEZ BIEN QUE NOUS SERONS DE PLUS EN PLUS NOMBREUX ….
      Nous n’abandonnerons pas ….

  3. En tant que signataire du Manifeste du CRAC Europe,je suis de tout coeur avec les courageux militants,même si malheureusement je ne peux pas être présente,j’approuve totalement les décisions de Jean-Pierre Guarrigues. Il y a de nombreuses vidéos pour attester qu’en 2011 la violence était du côté des aficionados,ce qui est d’ailleurs logique chez des gens qui prennent plaisir à massacrer ou regarder massacrer de pauvres taureaux innocents. Cette fois,les forces de l’ordre sont encore du mauvais côté et feraient mieux d’envoyer les gaz lacrymo sur ceux qui ne respectent pas les animaux,bien qu’il soit prouvé scientifiquement qu’ils ont la même capacité de souffrir que nous. ABOLITION…CORRIDA BASTA…!!!

  4. Il faut rappeler à Monsieur Reder que la « passion » n’est aucunement constitutive d’une dérogation à la loi, et la loi change de fait quand les us et coutumes changent pour le bien du paterfamilias et par extension pour le bien commun, en l’occurence avec la sensibilité du public dans l’espace public de droit public. C’est aux officiers ministériels de faire état des modifications des lois DE FAITS !

  5. pour pas que les antis-corrida rentre dans les arènes ils suffit dès le matin voir la veille ci nécessaire de mettre quelques taureaux de Camargue que l’on fera rentrer avant la corrida, là vous pouvez être tranquille ils viendront pas vous envahir

    1. Mais oui, pourquoi pas? Faites ça justement! Vous savez ce qui se passera? Les anticorrida prendront les taureaux avec eux pour les mettre en sécurité!
      Vous êtes d’une bêtise vous!!!

  6. Hélas, sous prétexte de tradition, assez récente d’ailleurs, quelques uns vont se permettre de jouir (si, de jouir…), de tortures d’animaux, pour encore mieux les achever !
    Ces pratiques barbares sont-elles encore tolérables au 21ème siècle ?
    Je ne peux que recommander l’écoute de la chanson de M. Cabrel : « Corrida ».
    Elle explique très simplement et avec réalisme et vérité, cette bouffonnerie macabre et sadique qu’est la corrida… qui essaye encore d’excuser ses pratiques derrière une fausse tradition.
    Il est incontestable que les afficionados, extrêmement minoritaires dans leur loisir de torture et de mort, restent très violents (comme leurs pratiques en attestent), les procès de ces tenanciers n’auront lieu qu’en 2014, suite aux violences exercées sur cette commune par eux… en 2011.

  7. Grrr… à contacter donc, l’association C.V.N. Convention Vie Nature, pour une Ecologie Radicale. Le président est M. Charollois « Francbaudie » 24380 Veyrines de Vergt.

  8. Le maire n ‘a pas dit « vivre sa passion » mais  » ASSOUVIR  » sa passion, ce qui est très différent…
    Quant un tueur en série tue, c ‘est aussi pour assouvir sa passion..son besoin, que dis je la nécessité qu’il a de tuer l’ autre..
    Les matadors jouissent de torturer celui qui ne peut s’opposer, et le public jouit de ce spectacle tout comme jouissaient les  » tricoteuses de l’ échafaud » qui » assouvissaient « elles aussi leur passion de voir l’ autre sur l’ échafaud.
    il est regrettable que les plus de 80% de citoyens opposés à la corrida, ne descendent pas dans la rue, pour protester, pour demander l’ abolition de cette indignité humaine.. qui s’ ajoute hélas à beaucoup d’ autres

  9. Habitant de l’Ain , étant touriste, passant par ce village, mon véhicule a manqué de se faire rentrer dedans par un véhicule excité (n’étant pas militant pour ou contre la corrida mais, quand même plutôt contre). Plus tard, j’ai appris que des énervés s’en prenaient à tout véhicule qui passait (habitant de la région ou touriste) abîmant les carrosseries par des coups de pieds ou pierres, dans quel but ? Pour obtenir quel résultat ? Se mettre la population dans la poche ? Moyen trouvé pour leur haine; les forces de police ayant à priori pris le dessus. C’est ce qu’on appelle des casseurs car, dans ce genre de manifestations, il se trouve toujours des énergumènes ne venant que pour en découdre et il faut que des coups tombent, quand il y aura des morts, cela résoudra-t-il quelque chose ? Chacun trouve son exutoire ou il peut et la démocratie ? C’est la France de Jean Ferrat ou du FN ? C’est bien triste en vérité !

    1. Maurice, touriste de passage, de l’ Ain mais très branché sur les médias locaux et prompt à réagir…bizarre
      Ce que vous racontez n’ a pas eu lieu; c’ est de la diffamation .

  10. Journée historique ; des médias de tous pays relaient et le buzz va amplifier
    Lutte sans faille des militants de la Cause Animale pour tenter de sauver les martyrs des arènes.
    Déploiement démesuré, armé et coûteux de forces de l’ ordre : ils ont donc protégé les BOURREAUX des arènes, les MEURTRIERS de la piste et leurs VOYEURS des gradins …on ne se demande pas pourquoi puisqu’ on connaît leur chef  » aficionado et fier de l’ être »
    Victor HUGO avait écrit: TORTURER UN TAUREAU c’ est plus que TORTURER un ANIMAL pour s’ AMUSER, se DIVERTIR: c’ est TORTURER une CONSCIENCE…
    Avec le CRAC , ses militants et associations amies nous continuerons sans relâche à faire obstacle à la TERREUR que représente la corrida de muerte pour les ANIMAUX PIEGES dans les ARENES. Nous arrêterons de manifester quand ces barbaries d’ un autre âge seront enfin boutées hors de France. Puis nous ions aider les autres pays à faire de même . MERCI au CRAC et à ses alliés qui ont fourni un TRAVAIL ALTRUISTE INCROYABLE!

  11. Christian Coll, président du Cercle taurin « El Mundillo » de Béziers qui était accompagné du matador Tomas Cerqueira, a été fortement gazé dans leur voiture par un groupe d’anti-corrida à 200 mètres des arènes de Rodilhan. Pris de malaise dans les arène,s il a été pris en charge par la Croix Rouge et a quand même pu rejoindre Béziers en fin journée… Voici son témoignage :

     » Arrivant au 3eme rond point dans Rodilhan, environ à 200 mètres des arènes où je me rendais dans le véhicule de Thomas de B. (matador de toros sous le pseudonyme de Tomas Cerqueira) ; nous avons été bloqués par un groupe d’environ quarante personnes anti-corrida certains masqués et plusieurs s’exprimant dans une langue étrangère. Trois, quatre individus ont proféré des menaces à notre encontre: « nous allons casser le véhicule, assassins, corrida basta… » en se couchant sur le capot du véhicule, alors que d’autres le secouaient fortement. Un véhicule de type Kangoo ou similaire bloqué lui aussi sur notre coté droit a réussi à passer le barrage, nous l’avons suivi. A ce moment là un individu (peut-être une femme) s’est glissé sur notre coté passager avant où je me trouvais et profitant de l’entre-ouverture de la vitre de la portière droite nous a envoyé un jet de gaz lacrymogène. J’ai été particulièrement touché se qui m’a procuré des picotements au visage et aux yeux…
    Nous avons pu alors franchir ce barrage contre la volonté des anti-corrida et arriver aux arènes où nous sommes rentrés après nous être garés. C’est alors que je me suis senti très mal à l’aise : difficulté pour respirer, picotements dans la bouche et aux yeux. Mon ami Thomas de Barros m’a alors amené dans une pièce située dans l’enceinte des arènes où la croix Rouge m’a pris en charge durant une quarantaine de minutes : lavage du visage, prise de tension (plus de 16), réconfort… durée au bout de laquelle je me suis senti un peu mieux, tout en conservant une certaine gêne pour respirer et quelques picotements au visage. J’ai mis mon blouson imprégné de gaz dans un sac en plastique. 
    Pour rejoindre notre véhicule nous avons quitté les arènes une trentaine de minutes après la fin de la Corrida sous la protection des gendarmes et des CRS. Nous avons quitté Rodilhan par une petite route balisée par les forces de l’ordre… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité