A la uneActualité générale.Actualités

VOEUX Soirée interactive pour les chambres consulaires

Henry Douais, Francis Cabanat, Serge Alméras et Dominique Granier. Photo DR/EB
Henry Douais, Francis Cabanat, Serge Alméras et Dominique Granier. Photo DR/EB

Hier soir, mardi 6 janvier, les Chambres consulaires gardoises étaient réunies au Parc des expositions d'Alès pour adresser, de manière commune, leurs meilleurs vœux à tous les acteurs économiques du territoire.

Accompagné d'Henry Douais, président de la CCI de Nimes, de Dominique Granier, président de la Chambre d'agriculture du Gard et de Serge Alméras, président de la Chambre des métiers et de l'artisanat du Gard, le président de la CCI alésienne Francis Cabanat a ouvert hier soir, devant 800 invités environ, la cérémonie des vœux. Parmi le public, de nombreux entrepreneurs, agriculteurs et artisans étaient rassemblés autour d'une masse d'élus et des députés gardois Fabrice Verdier, Françoise Dumas et Patrice Prat.

Environ 800 invités étaient à la cérémonie des vœux hier soir. Photo DR/EB
Environ 800 invités étaient à la cérémonie des vœux hier soir. Photo DR/EB

"L'union fait la force dit-on" a commencé Francis Cabanat pour expliquer cette démarche commune avec les organismes consulaires gardois, "initiée par le président du Conseil général, Damien Alary". "Nous avons voulu montrer qu'il y a beaucoup de transversalité entre chacun" a précisé le président. "Le réseau consulaire gardois que nous représentons tous les quatre c'est aujourd'hui 55 000 entreprises et à peu près 200 000 salariés. Cela a du sens en terme de force économique". Après avoir adressé au nom de ses collègues, à ses côtés sur la scène, ses meilleurs vœux pour 2014 et avant de goûter au buffet préparé par le campus de l'apprentissage d'Alès, l'heure était au jeu avec un quiz intitulé : "Connaissez vous les valeurs ajoutées des chambres consulaires du Gard ?" Munis à l'entrée du parc de trois petits cartons de couleurs différentes, le public devait tenter de donner la bonne réponse parmi les trois possibilités proposées à chaque question et différenciées par les codes couleurs des cartons.

Quel système a été mis en place dans le Gard par l'interconsulaire pour générer du chiffre d'affaires auprès des commerçants et artisans ?

C'est Francis Cabanat qui a répondu à cette première question sur le commerce de proximité. Les trois réponses proposées étaient les bonnes avec le développement du e-commerce, les managers de centre-ville et les chèques cadeaux Fédébon, dispositif utilisé par "850 commerces gardois, ce qui représente environ 900 000 euros dépensés dans les commerces de proximité".

Serge Alméras. Photo DR/EB
Serge Alméras. Photo DR/EB

La réponse, 2150 jeunes, est commentée par Serge Alméras : "Ces jeunes sont répartis sur une cinquantaine de métiers et dans huit cas sur dix, ils obtiennent leur diplôme et un emploi à l'issu de leur cursus". Et Henry Douais d'ajouter : "Comme grand projet sur le département du Gard et sur la circonscription de Nîmes, nous avons le développement d'un CFA sur le tourisme, mais le tourisme de qualité puisque lorsqu'il ouvrira en 2016, nous allons enseigner les services, la restauration et l'hôtellerie".

Combien de professionnels sont formés par le réseau inter-consulaire gardois chaque année ?

Henry Douais propose au public un petit calcul mental : "La réponse c'est 200 000 heures ! Soit 5170 personnes. Si l'on veut être compétitifs demain il faut absolument que nos salariés soient qualifiés".

Dominique Granier. Photo DR/EB
Dominique Granier. Photo DR/EB

Combien de personnes sont sous-alimentées aujourd'hui sur la planète ?

"800 000 millions" répond Dominique Granier. "Je crois que le défi des agriculteurs gardois de demain c'est de produire plus. La quantité et la qualité pour faire encore baisser ce chiffre".

Combien de personnes l'industrie gardoise emploie t-elle aujourd'hui ?

Le chiffre est de 25 000. "On compte 2000 entreprise industrielles sur le département qui est le numéro un en Languedoc-Roussillon au niveau du nombre d'entreprises industrielles. L'industrie de haute-technologie est sur notre territoire, je peux vous le garantir" affirme Henry Douais.

Dans le Gard une entreprise se crée et se transmet...

Réponse : Tous les jours ! Pour Francis Cabanat, "ça parait difficile à imaginer et pourtant c'est la vérité". Chaque année 300 entreprises se transmettent et 1500 entreprises se créent. "Passer par les chambres consulaire est un réflexe gagnant".

Aujourd'hui, combien d'appellations d'origine protégée les agriculteurs du Gard ont-il créées ?

14 AOP ont été créées. "Ça va du taureau de Camargue en passant par l'oignon doux des Cévennes, le pélardon, l'huile d'olive, les costières de Nîmes, le Côte du Rhône, le Duché d'Uzès... Il faut avoir de l'audace car l'avenir appartiendra à ceux qui savent s'adapter au changement"  déclare Dominique Granier.

Combien d'hectares de blé sont-ils récoltés pour fabriquer les baguettes Lou Pan d'oc ?

Au tour de Serge Alméras de donner la réponse : "100 hectares. Il faut tout faire pour que les filières courtes se développent. Il faut donner priorité aux savoirs-faire de proximité présents sur le territoire. L'activité économique doit être au service de l'humain".

Elodie BOSCHET

Les quatre présidents des chambres consulaires. Photo DR/EB
Les quatre présidents des chambres consulaires. Photo DR/EB

 

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité