A la uneActualité générale.ActualitésPolitiquePolitique.

NÎMES GARONS Visite du ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve avant l’arrivée de la BASC en 2017

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, sur le tarmac de Nîmes Garons. Photo : Coralie Mollaret.
Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, sur le tarmac de Nîmes Garons. Photo : Coralie Mollaret.

Pas d'annonce sonnante et trébuchante...  Cet après-midi, le ministre de l'Intérieur a atterri en Canadair sur le tarmac de Nîmes-Garons pour confirmer l'ambition du gouvernement de faire du site, un pôle européen de la Sécurité civile. 

Au coeur de l'été, le gouvernement occupe le terrain. Tel est le message qu'a voulu faire passer le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, en se déplaçant ce jeudi à Nîmes-Garons. Annoncé il y a de cela plus d'un an, la base aérienne gardoise doit accueillir avant l'été 2017 les 100 pompiers volants de la BASC (Base d'Avions de la Sécurité Civile), actuellement basée à Marignane. Un site qu'il a visité le matin même. "On sait qu'à Marignane la situation n'était pas durable, les locaux ne sont pas adaptés et les pilotes ne pouvaient pas décoller comme ils le voulaient. La direction de l'aéroport donnant la priorité aux vols commerciaux", souffle un haut fonctionnaire de la Sécurité Civile.

Une visite sans cadeaux

A 14 heures, l'arrivée du ministre de l'Intérieur a été savamment travaillée : un atterrissage sur le tarmac brulant de l'aérogare où Bernard Cazeneuve a été accueilli par un parterre d'élus locaux et députés, obliger de repousser leur vacances après l'annonce soudaine de ce déplacement. A peine avait-il posé le pied au sol que le ministre est parti visiter les ateliers de maintenance du groupement d'hélicoptère de la Sécurité civile. Des hangars gigantesques qui font face à ceux abandonnés de l'ancienne Base d'Aéronautique navale, dissoute en 2011. Dirigé par le commandant Frédéric Goubeault, le groupement se compose d'une centaine de personnes (ateliers de maintenance et personnel administratif compris), chargés de gérer les 35 hélicoptères répartis dans toute la France.

Félicitant le travail et la participation de chacun, Bernard Cazeneuve n'a pas fait de folles annonces. Il se contentera d'évacuer le sujet par une boutade : "Quand on vient quelque part, on vous rappelle toujours qu'il faut que vous annonciez des choses… On vous en demande aussi ! On vient de me demander 14 ETP (équivalent temps plein) pour le groupement hélicoptère".

Nîmes-Garons : vers un pôle européen de Sécurité civile

Le transfert de la BASC de Marignane à Nîmes Garons ne s'est pas fait au hasard. "La grande part de foncier disponible et les deux hangars abandonnés de 4 000 mètres carrés de la BAN sont des atouts majeurs", précise Luc Ankri, sous-préfet et chef de projet du transfert de la BASC. Et d'égrainer un calendrier : "Si tout va bien, les travaux devraient débuter fin 2015. Il nous a fallu un an pour préparer le projet. Les travaux devraient aussi durer un an et nous espérons accueillir la BASC".

Le nouveau site devrait donc s'appuyer sur l'existant et sur du neuf avec la création d'un pélicandrome pour remplir de produits retardant les Canadairs, Dashs et trackers ; d'une air de lavage et de dessalement ; des parkings et voiries avions ; d'un bâtiment tertiaire opérationnel... "La proximité avec le groupement hélicoptère permettra aussi un entretien rapide du matériel", met en avant le sous-préfet.

"Beaucoup reste à faire mais nous avons l'ambition de faire de Nîmes-Garons un pôle européen de sécurité civile, avec son positionnement près de la Méditerranée et les compétences déjà présentes sur le site", fait valoir le ministre qui a testé le prototype d'un logiciel de simulation de vol. En Espagne, il existe déjà un programme de ce type pour les canardais. Aux Gardois de se diversifier pour attirer des équipages de toute l'Europe, désireuse de se former sur notre territoire.

Lire aussi :  MANUEL VALLS À DAMIEN ALARY : “Ça y est Damien, il y aura la base à Nîmes !”

NÎMES-GARONS. Le sous-préfet Luc Ankri aux manettes du transfert de la base de Sécurité civile

En images 

Le Canadair de Bernard Cazeneuve se pose sur le tarmac…  Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Le Canadair de Bernard Cazeneuve se pose sur le tarmac…
Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Descente du ministre de l'Intérieur.  Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Descente du ministre de l'Intérieur.
Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Visite du groupement d'hélicoptère de la Sécurité Civile, entouré par un parterre d'élus locaux et nationaux.  Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Visite du groupement d'hélicoptère de la Sécurité Civile, entouré par un parterre d'élus locaux et nationaux.
Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Visite de l'atelier de chaudronnerie.  Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Visite de l'atelier de chaudronnerie.
Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Allocution de Bernard Cazeneuve d'une vingtaine de minutes.  Photo : Coralie Mollaret / Objecitf Gard.
Allocution de Bernard Cazeneuve d'une vingtaine de minutes.
Photo : Coralie Mollaret / Objecitf Gard.

 

Coralie Mollaret

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

1 commentaire sur “NÎMES GARONS Visite du ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve avant l’arrivée de la BASC en 2017”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité