CultureEconomie

ALÈS Chômage : les intermittents revendiquent une capitalisation collective

Une manière de s'adresser directement au chef de l'Etat. EL/OG
Une manière de s'adresser directement au chef de l'Etat. EL/OG

En marge de la journée interprofessionnelle pour l'assurance maladie menée par les syndicats aujourd'hui, les intermittents du spectacle d'Alès revendiquent une indemnisation chômage pour tous. Ils étaient mobilisés ce matin devant la cathédrale.

Alors que la CGT, FSU et Solidaires ont lancé aujourd'hui un appel à la mobilisation pour défendre l'assurance maladie, le mouvement unitaire des intermittents d'Alès a choisi d'apporter sa pièce à l'édifice en rappelant que la sécurité sociale et le chômage étaient pleinement liés. Et que défendre le premier passait par combattre le second.

Une banderole reprenant une citation de F. Hollande a été accrochée sur la façade de la cathédrale tôt ce matin. EL/OG
Une banderole reprenant une citation de F. Hollande a été accrochée sur la façade de la cathédrale tôt ce matin. EL/OG

Une banderole de 10x2 m reprenant une citation du président François Hollande de janvier dernier a ainsi été accrochée sur la façade de la cathédrale en travaux : "Les caisses de l'assurance maladie sont vides parce que les gens ne sont plus au travail", précise David Boutry, intermittent au Cratère d'Alès. Et d'expliquer : "Monsieur Macron devrait lire Karl Marx qui dénonçait déjà il y a 150 ans de la mise en concurrence des salariés. Aujourd'hui, 5 chômeurs sur 10 ne sont pas indemnisés. Nous pensons que le système de l'intermittence devrait être appliqué à l'ensemble des secteurs. Les plafonds d’indemnisation seraient abaissés mais tous toucheraient. Il ne s'agirait donc plus d'une capitalisation individuelle mais collective. Dans notre système, si on arrête de travailler, on ne touche plus rien. Monsieur Rebsamen lui-même a applaudi des deux mains cette proposition".

Seules une dizaine de personnes ont tracté ce matin devant la cathédrale d'Alès, mais un mouvement plus important est attendu à Montpellier cet après-midi. Les intermittents réclament par ailleurs toujours l'abrogation de l'accord UNEDIC du 22 mars dernier au nom de tous les chômeurs.

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité