EconomiePolitique

COLLÈGE DE BELLEGARDE Debout la France dénonce un marché public attribué à une entreprise espagnole

Debout la France , Jacques Armando et Jacques Cimetière protestent contre l'attribution d'un marché à une entreprise espagnole pour la construction du collège de Bellegarde. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Debout la France , Jacques Armando et Jacques Cimetière protestent contre l'attribution d'un marché à une entreprise espagnole pour la construction du collège de Bellegarde. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Debout la France , Jacques Armando et Jacques Cimetière protestent contre l'attribution d'un marché à une entreprise espagnole pour la construction du collège de Bellegarde. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Le parti de Debout la France a manifesté son mécontentement devant le Conseil général hier matin après l'attribution d'un marché à une entreprise espagnole dans la construction du collège de Bellegarde.

Hier matin, Jacques Armando et Jacques Cimetière, respectivement président et secrétaire départemental de Debout la France, ont protesté devant le collège de Bellegarde quelques heures après devant le Conseil général du Gard, où ils ont remis une lettre au président Jean Denat. Le parti gardois s'insurge contre le choix d'une entreprise espagnole dans l'attribution du marché de la construction du collège de Bellegarde. "C'est scandaleux, d'autant plus que ce choix résulte d'un problème administratif juridico-réglementaire, nous voulons le dénoncer", s'est exprimé Jacques Armando.

Pour cause, les entreprises gardoises qui avaient répondu à l'appel d'offre n'auraient pas correctement rempli un document. À la clef, un marché plafonné à 4,6 millions d'euros concernant le gros-oeuvre (22 millions d'euros au total) remporté par une entreprise espagnole dont le devis a été établi à 3,2 millions d'euros. "Une concurrence déloyale" pour Jacques Cimetière qui précise "Maintenant les marchés publics sont attribués à des entreprises étrangères, alors que la conjoncture est particulièrement difficile dans ce département qui affichait une augmentation de 0,6% de chômage le mois dernier. Nous voulons éviter que cela se reproduise." Les représentants de Debout la France présents devant le Conseil général souhaitaient remettre en main propre une lettre ouverte à Jean Denat. Ce dernier n'étant pas disponible à ce moment-là, c'est une représentante de son cabinet qui est venue récupérer la lettre.

Baptiste Manzinali

Baptiste Manzinali

Diplômé de l'ESJ, passionné d'actualité en général, musique, football, cinéma, jeux vidéo et civilisations anciennes.

Articles similaires

4 commentaires

    1. Debout la France n’est pas pour cette Europe, c’est un parti souverainiste—- vous vous trompez; c’est l’UMP ou le PS qui vote oui à tous les traités européens

  1. @cevenol Debout La France défend la souveraineté, la liberté de choix, du peuple français Nous sommes conte l’Europe supranationale de Bruxelles instaurée par Maastricht et le traité de Lisbonne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité