ActualitésInsolite

AIGUES-MORTES 180 poussins de Goélands bagués aux salins du Midi

Goélands au Grau-du-Roi. DR
Goélands au Grau-du-Roi. DR

Cette année, plus de 200 couples de Goéland railleur se sont installés sur le site des salins d’Aigues-Mortes. Cette espèce se reproduit régulièrement sur le salin depuis 2007 grâce à la création d’îlots de nidification réalisés par la Compagnie des Salins du Midi pour favoriser la reproduction des oiseaux vulnérables, rares ou menacés de disparition à l’échelle locale ou européenne. Grâce à ces aménagements, le salin représente aujourd’hui un des principaux sites de nidification de cette espèce en Camargue.

Fin mai, les premiers poussins ont vu le jour et on en compte aujourd’hui près de 180. La Tour du Valat dirigera le 22 juillet, en collaboration avec les Amis des Marais du Vigueirat, une opération exceptionnelle et délicate : le baguage de ces poussins. Environ 30 personnes, encadrées par le personnel scientifique de la Tour du Valat, vont ainsi participer à cette opération sur le plus grand salin de Méditerranée, au lever du soleil. Une opération qui permettra d’améliorer la connaissance sur les oiseaux du littoral.

Le baguage, une étape essentielle pour l’étude des oiseaux

Le baguage consiste à équiper chaque poussin d’une bague en plastique sur laquelle est gravé un code unique, lisible à l’aide d’un télescope. Le procédé se fait en plusieurs étapes. Les poussins, rassemblés en « crèche », sont encerclés par des équipes réparties autour de l’étang et rabattus vers un enclos. Ils sont alors pris en charge un par un pour être bagués, pesés et mesurés. Le poussin bagué est ensuite relâché. Ces bagues, régulièrement lues à distance par des ornithologues tout autour du bassin méditerranéen, constituent une mine de renseignements puisqu’elles vont permettre de suivre individuellement chaque goéland, d’étudier ses déplacements et de connaître sa durée de vie, la fréquence de ses reproductions, ses sites de reproduction et d’alimentation…

Pourquoi un programme de baguage du Goéland railleur ?

Cette espèce est protégée par la loi française et possède un statut de protection au niveau européen justifié par une vulnérabilité qui réclame une attention particulière. Le Goéland railleur ne se reproduit régulièrement en France qu'en Camargue depuis 1973 et ponctuellement dans l’Aude et l’Hérault depuis 2004. Les études menées sur cette espèce, par un suivi régulier et le baguage des poussins, apportent sur le long terme de nombreuses informations sur sa biologie (dispersion, paramètres de reproduction, démographie).

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité