Actualités

GARD Sécheresse : la situation s’aggrave

Photo d'illustration (Objectif Gard)
Photo d'illustration Objectif Gard
Photo d’illustration Objectif Gard

Ce jeudi 6 août, Didier Martin, Préfet du Gard a réuni le comité de suivi de la sécheresse pour faire le point sur la situation hydrologique du département.

Les conditions climatiques actuelles sont comparables à la sécheresse de 2005. Il n’y a pas eu de précipitations conséquentes sur le département depuis mi-juin. Les prévisions météorologiques n’entrevoient pas d’amélioration sur les quinze prochains jours.

La nappe de la Vistrenque reste la seule ressource à afficher des niveaux de hauteur d’eau satisfaisants, compte tenu d’une bonne recharge hivernale. En revanche, concernant la nappe profonde de l’Urgonien et sur l’ensemble des cours d’eau du département (exceptés le Vistre et le Rhône), les niveaux sont au plus bas. La situation est particulièrement préoccupante sur les petits affluents de ces cours d’eau où l’on relève des zones assecs plus précoces que les années précédentes et des mortalités piscicoles nécessitant des pêches de sauvegarde.

Compte tenu de cette situation et des perspectives météorologiques pessimistes, le Préfet du Gard a décidé de renforcer les mesures de restriction des usages de l’eau et de placer en alerte de niveau 2, les bassins versants des Gardons (amont et aval), de la Dourbie, de l’Ardèche, de la Cèze en aval du pont de Tharaux, de l’Hérault, du Vidourle, ainsi que la nappe profonde de l’Urgonien. Mais aussi de maintenir en niveau d’alerte de niveau 2, le bassin versant amont de la Cèze (en amont du pont de Tharaux).

Ces mesures d’économie d’eau sont destinées à garantir les besoins prioritaires, notamment l’alimentation en eau potable, la salubrité en aval des agglomérations et la protection des milieux naturels.

Rappelons qu’en alerte de niveau 2, sont interdits le lavage des voitures, le fonctionnement des fontaines en circuit ouvert, le remplissage complet des piscines, l’arrosage des pelouses et espaces verts privés et publics. L’irrigation agricole est interdite entre 8 h 00 et 20 h 00 et une nuit sur deux (sauf cultures sous contrats ou mode d’irrigation économe).

Le prochain comité de suivi de la sécheresse se réunira le 26 août prochain.

 

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Articles similaires

2 commentaires

  1. Je crois qu’il faudrait le rappeler à M. Roustan qui fait arroser à grandes eaux tous ses ronds-points et qui a en plus l’intention de faire sur le territoire administré par un autre maire réticent un projet aberrant : un golf bien vert!
    Sur Alès c’est à peu prés du n’importe quoi en matière de gestion de l’eau quand on sait qu’en plus le baron Roustan conteste un rapport du SDAGE. Les techniciens sont mauvais selon lui quand ils ne peuvent lui obéir aveuglément comme le font ses technocrates…. qu’ils payent grassement plus pour leur obéissance que leur talent. Monsieur veut pouvoir continuer à donner des autorisations de construire à ses amis promoteurs sans la moindre contrainte et tant pis s’il manque d’eau potable ici ou si c’est en zone inondable là. Rien à foutre selon sa terminologie….. la plus polie.

    1. quel franc parlé bravo…
      La facture d’eau des alesiens a t elle augmenté?
      Car a boisset et gaujac celle a grimpé en fleche.
      IL faut tout privatiser et faire marcher les actionnaires et tout ce beau monde…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité