ActualitésEconomie

ECONOMIE Un laboratoire d’idées émerge dans le Gard

L'association Entreprendre pour le Gard (Photo Anthony Maurin : Objectif Gard)
L'association Entreprendre pour le Gard (Photo Anthony Maurin : Objectif Gard)
L'association Entreprendre pour le Gard (Photo Anthony Maurin : Objectif Gard)

Avec la future grande Région et les changements qu’elle apporte, des acteurs économiques se mettent en ordre de marche et proposent de se préparer au mieux à cette nouvelle évolution territoriale.

En plus de la loi NOTRE (nouvelle organisation territoriale de la République), la fusion des Régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées pose quelques questions que le monde économique souhaite régler au plus vite. Pour cela, « Entreprendre dans le Gard » lance un think tank (laboratoire d’idées) qui devrait concerner une cinquantaine de chefs d’entreprises sur l’ensemble du département. A la tête de ce nouvel outil, Eric Giraudier, Francis Cabanat, Philippe Broche, Hugues Marron, Philippe Tamaï et Philippe Patitucci. « Dans 8 semaines les choses vont changer et nous voulons être des acteurs de ce changement car l’impact se sentira dans nos entreprises et sur nos territoires » note Francis Cabanat. « Nous sentons le besoin mais nous ne voulons pas être mis en concurrence avec ce qui existe déjà… Le contexte évolue rapidement mais le changement n’est pas forcément le progrès ! Nous essaierons de faire remonter les doléances des acteurs économiques qui voudrons participer à ces travaux » ajoute Eric Giraudier.

La future grande Région semble faire peur en partie à cause des découpages administratifs qui ne sont pas forcément basés autour des bassins d’emploi et cette structure compte bien aider les chefs d’entreprise à une meilleure lisibilité du marché. Pour cela, huit groupes de travail seront ouverts à qui veut participer (les qualités et les compétences des participants prévalent sur la quantité). Tous aborderont des thèmes transversaux comme le numérique, la transition énergétique, le développement territorial, la mutation économique, le financement des TPE/PME, l’exportation, l’achat et les réseaux d’entreprise. « Certaines évolutions sont en marche, il y a un travail de fond à établir et nous voulons apporter notre pierre à l’édifice. Il y a par exemple 3,5 milliards d’euros de sous-traitance sur le marché économique à Toulouse, le Gard a quelque chose à jouer mais en Languedoc-Roussillon, 200 entreprises peuvent prétendre à ce type de marché » lance Francis Cabanat. « Les idées appartiennent à ceux qui les mettent en place, nous ouvrons les portes et appelons tous ceux qui le désirent à répondre aux exigences de rapidité de ce changement en nous aidant ».

Les groupes de travail devraient démarrer prochainement pour une restitution globale en avril-mai 2016 soit quelques mois après la mise en place de la nouvelle Région.

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

2 commentaires

  1. Oui, la nouvelle région nous oblige à réagir. Cette structure s’inscrit dans cette démarche de réflexion et de proposition. Nous avons besoin de prendre un peu plus de hauteur pour mieux comprendre les enjeux et relever les défis.
    Le développement économique est la priorité du Front National. Nous avons besoin d’une région stratége pour ensemble atteindre l’objectif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité