A la uneActualitésPolitique

LOGEMENTS SOCIAUX Pointé du doigt, le maire de Saint-Privat-des-Vieux se défend

Philippe Ribot, maire de St-Privat-des-Vieux. ( Photo : DR)
Philippe Ribot, maire de St-Privat-des-Vieux. DR
Philippe Ribot, maire de St-Privat-des-Vieux. DR

Dans le cadre d'un Comité interministériel égalité-citoyenneté dans les Yvelines, ce lundi, le premier ministre Manuel Valls a rendu public une liste de 36 communes en France "carencées" en logements sociaux. Des communes qui auraient par ailleurs "refusé de signer un plan de mixité sociale, et dans lesquelles l’État va se substituer aux maires". Comme indiqué dans le document interministériel : "dans ces communes, le préfet préemptera des terrains et des logements, délivrera des permis de construire en lieu et place des maires et mobilisera des logements vacants dans le parc privé.".

Une commune du Gard est concernée par cette liste : Saint-Privat-des-Vieux. Philippe Ribot, maire de la ville "s'étonne de la présence de Saint-Privat-des-Vieux dans cette première liste d'autant qu'il est indiqué que nous aurions refusé de signer le plan de mixité sociale, c'est faux ! On est en train de l'élaborer en concertation avec le préfet du Gard. J'ai d'ailleurs rendez-vous avec ses services le 5 novembre prochain". Pour autant, le maire ne conteste pas que les chiffres : "Je reconnais que nous avons connu un passage à vide durant la période 2011-2013 où nous sommes à 9% de l'objectif initial. On aurait dû construire 45 logements, au final, seuls 9 sont fait".

130.000 euros par an d'amende par an

Et maintenant ? "Nous avons 70 logements qui doivent sortir de terre dans le cadre de 3 projets immobiliers. Le financement aura lieu en 2016 si les bailleurs sociaux jouent le jeu", rassure Philippe Ribot qui ajoute toutefois : "pour être dans les objectifs de 20% de logements sociaux sur la ville, il faudrait 450 logements. Or, il n'y a pas un besoin aussi important sur la ville". Pour autant, le maire est prêt à s'investir d'autant que la note est salée. Le prélèvement SRU (sanction financière en raison du retard dans l'objectif fixé par l'Etat) est de 130.000 euros par an "1/3 de notre épargne, de l'autofinancement de la ville et cela risque de se répéter sur les 3 prochaines années. Cette situation est injuste car au delà des chiffres, c'est la réalité du terrain qui devrait primer. Moi je veux bien installer des logements sociaux mais je ne vais pas mettre les habitants à plusieurs kilomètres de commerces, de l'école ou de la mairie".

Philippe Ribot est aujourd'hui coincé, d'autant qu'il a perdu le droit de préemption qui est entre les mains du préfet du Gard. Une délégation à l'Etablissement public foncier régional est en cours.

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Articles similaires

8 commentaires

  1. Des logements sociaux pour les enfants des habitants ou d’autres qui travaillent dans le secteur, pour des retraités sans grand moyen serait une mesure sociale de bon sens mais si cela concerne des chômeurs des quartiers ou des immigrés déguisés en réfugiés, des « Calaisiens » de la jungle ou des apprentis djihadistes de retour de Syrie alors c’est beaucoup d’argent public pour accompagner la très mauvaise politique des gouvernements successifs.
    Le FN est pour des logements sociaux mais pas à n’importe quelles conditions…

    1. Faut arrêter de fantasmer sur le coût de l’immigration et les privilèges des réfugiés. Toutes les analyses sérieuses contredisent les thèses simplistes voire simplettes du FN.
      Sur les dangers du djihadisme cosmopolite stimulé par les interventions débiles en Irak ou en Libye, là on sera peut être d’accord. Il n’y a que qqs politiciens comme Fabius, Hollande, Obama… pour croire qu’il y a des mouvements terroristes modérés comme le front Al Nostra (branche d’Al Qaïda!!).

  2. On dirait que ce maire découvre le problème. Cela fait au moins 3 mandats qu’il est en responsabilité. C’est donc bien un manquement grave délibéré. Il est vrai que si ces petits copains de droite avaient gagné la Présidence et l’Assemblée, il pouvait s’attendre à voir cette loi supprimée ou réduite. St Privat des Vieux est probablement la ville la plus caricaturale en matière de manquement à la loi et le maire est gonflé de se trouver des excuses. Le courage consiste à assumer ses choix antisociaux surtout qu’il est place depuis une quinzaine d’années voire plus.

    1. Au moins 3 mandats qu’il est en responsabilité ?
      Comment peut on dire des énormités pareilles ???
      Ribot vient d’entamer son second mandat, vérifiez vos informations avant de balancer des bêtises pareilles….
      Cela n’enlève rien au fait que St Privat ne respecte pas ses engagements en terme de logements sociaux, mais n’incriminez pas systématiquement des gens en disant qu’ils sont en responsabilité depuis 18 ans alors qu’n réalité cela fait 7 ans….l’ancienne équipe municipale est tout aussi responsable que l’actuelle….!!

    1. Parmi les villes qui ne remplissent pas les conditions, le préfet analyse les efforts en cours avant de sanctionner sévèrement. C’est peut être ce qui explique que Rousson, qui a peu de logements sociaux, même si son ratio est meilleur que celui de sa voisine, est moins pénalisée. Ce qui est surprenant pour Rousson c’est que la commune est gérée depuis des décennies par un maire communiste!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité