A la unePolitique

ALÈS Agglo à 75 : les communes disent « non » à la quasi-unanimité

Les 50 maires de l'agglo d'Alès ont voté ce soir. Photo : Eloïse Levesque/Objectif Gard
Les 50 maires de l'agglo d'Alès ont voté ce soir. Photo : Eloïse Levesque/Objectif Gard
Les 50 maires de l'agglo d'Alès ont voté ce soir. Photo : Eloïse Levesque/Objectif Gard

La pression monte sur le Préfet. Sur 50 communes réunies en conseil exceptionnel ce soir à Alès, 46 sont défavorables à une grande agglomération à 75, issue de la loi NOTRe. Seules St-Martin-de-Valgalgues, Anduze et Boisset-et-Gaujac se déclarent "pour" la fusion.

Après le vote défavorable de Nîmes Métropole lundi dernier, c'est au tour de l'agglo d'Alès de montrer son désaccord face à la nouvelle carte intercommunale dessinée par le Préfet du Gard Didier Martin. Pour rappel, dans le cadre de la loi NOTRe, ce dernier souhaite une fusion avec le Pays Grand'Combien, Vivre en Cévennes et Hautes-Cévennes, pour une agglomération élargie à 75 communes, contre 50 aujourd'hui.

Le scrutin était quasi-unanime ce soir, toutes tendances politiques confondues. Tandis que les maires de droite avancent plutôt l'argument économique, ceux de gauche plaident la disparition des communes. "Ce schéma a été fait sans étude d'impact ni consultation citoyenne. C'est inacceptable", fustige Aurélie Génolher, maire EELV de Massillargues Atuech. "Ce n'est pas un rejet, c'est la volonté de bien faire, insiste Max Roustan, édile d'Alès. "Nous venons à peine de passer de 16 à 50 mairies. Il faut apprendre à travailler ensemble, et ça ne se fait pas du jour au lendemain. Ça va beaucoup trop vite. Sans compter qu'il faudra harmoniser les impôts aux dépens des habitants d'Alès Agglo". "Les taxes ne font qu'augmenter, les citoyens n'en peuvent plus", ajoute Philippe Ribot, premier magistrat Les Républicains de St-Privat-des-Vieux.

Seules 3 municipalités ont voté "oui" à la fusion. "On ne peut pas refuser des communes qui n'ont d'autres choix que de se marier. D'autant qu'aucune proposition crédible alternative n'a été avancée à ce jour. La fin des villages n'est pas la faute de l'agglo à 75, c'est la conséquence des transferts de compétence", avance Claude Cerpedes, maire communiste de St-Martin-de-Valgalgues. "Sans La Grand'Combe, Alès n'existerait pas. Si on la laisse au bord de la route, elle va crever", renchérit Bonifacio Iglésias, maire Divers gauche d'Anduze.

Au terme d'une heure de débats, le conseil communautaire a voté  l'avis défavorable à 82 voix pour et 5 contre. St-Hilaire-de-Brethmas s'est abstenu. Le maire de St-Sébastien d'Aigrefeuille a appelé Max Roustan, membre de la CDCI (Commission départementale de la coopération intercommunale) - organe décisionnaire - à constituer une majorité pour voter contre la carte. "Menez ce combat pour nous", a-t-il supplié.

Lire aussi :

Alès : le conseil municipal dit "non" à l'agglo à 75 communes

Nimes Métropole : l'agglo défavorable à une fusion avec Leins-Gardonnenque

GARD Le Préfet rebat les cartes

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité