A la uneOG, trait / trait

TRAIT POUR TRAIT La corrida dans l’arène judiciaire

Charmag
Charmag

« Que restera-t-il de ce procès ? » Cette question a été intelligemment posée par l’avocat nîmois Ludovic Para à l’issue des deux jours d’audience du procès Rodilhan qui voyait la confrontation des aficionados et des membres du Crac. Oui, que restera-t-il de ce procès ?

Il restera certainement aux 18 aficionados-accusés un goût amer : celui de s’être « fait piéger », comme l’ont souvent répété leurs avocats. Il restera, peut-être - le tribunal rendra son jugement en avril prochain-, une ou plusieurs condamnation(s) difficile(s) à avaler pour ces inconnus de la justice ; ces gens de la vie de tous les jours, ces voisins, ces retraités, enseignants, kinésithérapeutes, artisans… ; ces passionnés, partis voir une manifestation taurine un samedi d’octobre 2011, qui ont mal réagi aux provocations des membres du Crac.

De l’autre côté, il restera un coup médiatique parfaitement orchestré qui a fait la renommée de cette association anticorrida. Il ne restera peut-être bien que ça… Car, de leur action, les membres du Crac présents au tribunal assurent ne rien regretter et ont indiqué à la barre qu’ils recommenceraient demain s’il le fallait. Ce qu’ils ont fait, d’ailleurs, les années suivantes et qui vaut aujourd’hui à Rodilhan que son nom soit associé à un numéro (Rodilhan 1, 2, 3) comme pour un film à succès. Un film dramatique, usé, lassant, dont on espère ne plus jamais voir les suites.

Relire ici l’article sur les faits.

Relire ici la première journée d’audience.

Relire ici la deuxième journée d’audience.

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

9 réactions sur “TRAIT POUR TRAIT La corrida dans l’arène judiciaire”

  1. L’auteur de cet article a certainement un parti pris ou alors je n’ai pas vu où s’arrêtait la plaidoirie de l’avocat et où commençait le discours objectif du journaliste.

    Un gout amer, celui de s’être fait piéger?
    Avez-vous bien vu la vidéo?
    Moi j’y vois des hommes haineux mettre des coups violents et de sang froid à des gens assis par terre.
    J’ai été frappé par cette violence gratuite, à l’emporte pièce, pour se défouler.
    Ils auraient mal réagi aux provocations?
    La provocation légitime la violence alors, on va pouvoir en régler d’autre des affaires avec cette nouvelle loi.

    1. Il restera surtout les coups reçus pour les victimes du déferlement de haine. Faudrait rappeler l’essentiel : les coups.
      Cette violence indigne de gens civilisés. L’article élude cet essentiel.

  2. « ces passionnés, … qui ont mal réagi aux provocations des membres du Crac. » Effectivement, le lynchage de gens assis au sol avec la complicité active, ou passive, d’élus du peuple, c’est « mal réagir »!
    Dénuder une des manifestantes en lui arrachant son soutien-gorge, en profiter pour lui tripoter la poitrine,c’est aussi « mal réagir » !

  3. il ressort de ce procès la revendication des antis d’avoir violé la loi, se considérant comme des héros ! Il ressort la préméditation de leur action avec pour but de faire déraper les aficionados. Dans un article de presse national, un paradoxe a bien été démontré par un journaliste : du côté aficionados, des bon pères de famille, jamais condamnés ni pris dans des actions de ce type, du côté antis, des professionnels de l’agitation politique et des manifestations qui dérapent ! Les aficionados se sont apparemment excusés de ces dérapages moi cela me suffit, car l’essentiel est autre part, l’illégalité d’une action qui porte atteinte à la liberté culturelle et qui a provoqué un grave trouble à l’ordre public !

    1. « Bons pères de famille » …alors aux instincts primaires vraiment bien refoulés et qui se sont déchainés à la première occasion. Votre passion pour la corrida vous masque l’essentiel : cette violence bestiale. C’est cela qui est jugé…pas les excuses après coups de certains aficionados qui se sont comportés comme des hooligans .
      Qualifier un tel spectacle de liberté culturelle…alors tout est désormais culturel même le pire.

  4. c’est un journaliste qui a écrit l’article ou un pro corrida ? surement pas un vrai journaliste qui écrirait un article sur un ton neutre …

    A moins que ce soir l’avocat des affiocionados ..

    Peut être devrait-il t’il se faire lyncher de coup par un groupe de personne et qu’après on lui dise qu’il la chercher, juste pour voir …

  5. Quand une tradition torture et tue des êtres vivants,sensibles et innocents ,seulement pour se divertir, il faut tuer la tradition.
    Quand la corrida recule, l’ humanité progresse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité