A la uneEconomie

GARONS Plateforme de fret : la CCI Nîmes souhaite lancer les études de faisabilité

Henry Douais, président de la CCI Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Henry Douais, président de la CCI Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Le président Henry Douais se dit favorable à la création d’une plateforme de fret Euro Carex à Garons. Il souhaite lancer rapidement les premières études de faisabilité.

Ce matin, le président de la CCI Nîmes et son directeur général Vincent Martin ont organisé leur point presse mensuel. Au menu, ce mardi : la création d’une plateforme de fret Euro Carex (Cargo Rail Express) à Garons. Un projet médiatisé pendant les municipales nîmoises par le candidat Jean-Paul Boré. « Jean-Paul Boré en a été l’apôtre. Il en a fait la promotion mais il n’a rien à voir dedans », estime Henry Douais qui souhaite que le monde économique se mobilise. Si l’idée d’une plateforme de fret n'est pas nouvelle, force est de constater que les politiques aux affaires n’ont pas pris à bras-le-corps ce dossier. Même si, le président de Nîmes Métropole a fait adhérer, en 2014, l’agglo à l’association Euro Carex.

Plateforme multimodale : de quoi s’agit-il ?

Actuellement, l’entreprise Oc’via occupe 80 hectares de terrain pour la réalisation du contournement Nîmes-Montpellier. Située au sud de Caissargues, cette parcelle, entièrement équipée, sert de base de stockage pour les trains et autres matériaux. Seulement, dans le courant de l’année, Oc’Via, qui aura terminé le chantier, libérera le terrain avant que son propriétaire, la SNCF ne le mette en vente.

Capture-d’écran-2014-11-04-à-11.04.28

Pour la CCI, il s’agit d’une opportunité à saisir. Et elle n’est pas la seule à le penser. Certains promoteurs immobiliers se léchant déjà les babines… Situé près de l’A54 et de l’aéroport Nîmes/Garons qui, possède une grande piste d’atterrissage léguée par l'armée, le site serait idéal pour l'implantation d'une plateforme Euro Carex. Créée en 2006, l'association Euro Carex ambitionne d’utiliser des trains à grande vitesse pour transporter les marchandises sur des longues distances (entre 200 et 800 kilomètres) grâce à la connexion de grands sites logistiques

L'appel du pied de la CCI aux collectivités 

Pour l’heure des projets ont été lancés dans le nord de l’Europe. Aujourd’hui, Euro Carex cherche à s’implanter dans le sud de la France. Nîmes aurait toutes ses chances d’accueillir une telle infrastructure. Seulement selon la CCI, le temps presse « il ne faudrait pas que d’autres villes se positionnent plus vite que nous sur le sujet ». La chambre consulaire souhaite lancer les premières études de faisabilité du projet, estimées à 30 000 €.

« Nous espérons que les études seront cofinancées par nos partenaires », déclare Henry Douais en pensant à Nîmes Métropole ou au Département. « Ce projet pourrait créer des emplois. Des emplois qui, a priori, ne demandent pas beaucoup de qualifications. Cela permettrait de faire baisser le chômage dans ce territoire, ce qui serait bénéfique pour toutes nos collectivités », conclut le président de la Chambre.

Coralie Mollaret

Lire aussi : EURO CAREX Nîmes Métropole veut accueillir une plateforme de fret ferroviaire

GARONS Plateforme de fret : Jean-Paul Boré interpelle les candidats aux Régionales

RÉGIONALES Jean-Paul Boré refuse les propositions du PS dans le Gard

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

4 réactions sur “GARONS Plateforme de fret : la CCI Nîmes souhaite lancer les études de faisabilité”

  1. Après les bonne paroles, il est enfin temps que le monde économique et politique se bouge enfin sur ce projet défendu bec et ongle par TPNA et Jean Paul BORE depuis 2 ans et tant mieux si c’est la CCI qui le porte.
    Trop de temps de perdu sur cette opportunité régionale unique qui transcende les mesquineries politiques locales et qui permettra de créer les emplois qui manquent tant à notre bassin de vie.

    André FRANCISCO

  2. Membre de la commission développement économique j’appelle Yvan Lachaud, président de Nimes Métropole à prendre ses responsabilités sur ce dossier
    Th.J

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité