Actualités

IL Y A 4 ANS… La France des toros s’unissait autour des matadors

Photo © SV
Il y a 4 ans, les 6 maestros français présents à l'Atria de Nîmes pour parler de leurs projets. Photo © SV

Il y a 4 ans, l'Association des Matadors de Toros Français était créée et proposait une autre approche de la tauromachie. Les maestros, d'habitude si discrets, voulaient prendre part aux discussions et donner leur avis sur la tauromachie actuelle.

Alors composée de 17 matadors de toros, dont Sébastien Castella et Juan Bautista le but de l'association était de faire entrer les matadors dans l’arène des discussions autour de la corrida. Se rapprocher du public, s'unir autour d'un même objectif, c'est ce qu'il manquait.

Quatre enjeux étaient alors spécifiés. Le premier, était de créer une entité crédible. Le deuxième, souhaitait réunir autour d’elle toutes les forces françaises en présence. Le troisième, plus coriace encore, voulait voir l'association devenir une nouvelle vitrine dont la tauromachie. Enfin, la lutte pour l’amélioration des conditions de travail des Hommes de la tauromachie était à l'ordre du jour.

Félix Robert, premier matador de toros français sacré en 1894 est bien loin mais ses rêves sont encore ceux de la jeunesse taurines d'aujourd'hui! Alors que les cartels de la temporada (saison) 2016 commencent à être divulgués, l'AMTF est met encore sur la table les problèmes relevés il y a 4 ans.

"L'absence de toreros Français au cartel est un manque de respect ne peut en aucun cas être toléré. Cette posture n'est plus acceptable. C'est pour cela, que soutenu par une majorité d'aficionados, l'ensemble des professionnels Français s'unit aujourd’hui pour signifier son désaccord unanime" évoquent les matadors français qui voient des noms plus clinquants que les leurs briguer leurs places.

Dans les toros, c'est toujours le même problème, les figuras toréent, les autres moins, beaucoup moins et les festivals ne suffisent pas à combler ce vide. "L'histoire de la tauromachie Française s'est écrite dans l'encre indélébile des efforts de nos prédécesseurs, obtenant un statut qui en aucun cas ne peut être bafoué ni aujourd’hui ni demain, ni jamais. Par ailleurs, l’absence d’engagement de toreros Français pénalise fortement les écoles taurines qui voient diminuer leurs nombres d’élèves. Cette situation nous préoccupe d’autant plus qu’elle rejoint l’objectif des anti-corrida qui est celle d’éloigner la jeunesse favorisant ainsi une crise des vocations" poursuit l'AMTF.

Pour essayer de stopper l'hémorragie, voilà les propositions des maestros : Un français dans chaque corrida hors feria (2 matadors français en feria de plus de 4 corridas); un novillero français dans chaque novillada (avec si possible des ganaderos français aussi même pour les sans picador); plus de français dans les novilladas sans picador et dans les bolsins; présence d'un banderillero et d'un picador Français lorsque un torero du continent sud Américain est engagé.

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité