Economie

PALMARÈS Alès parmi les meilleures agglos de France pour entreprendre, selon l’Express

Le maire d'Alès Max Roustan. Photo : Coralie Mollaret.
Le maire d'Alès Max Roustan. Photo : Coralie Mollaret.
Le maire d’Alès Max Roustan. Photo : Coralie Mollaret.

Comme chaque année, le magazine L’Express-L’entreprise a classé les 131 agglomérations les plus favorables à la création d’entreprise selon trois critères: infrastructures, écosystème et éducation. Pour la quatrième année consécutive, la ville n°1 toutes tailles confondues est Lyon.

Parmi les intercommunalités de 70 000 à 100 000 habitants, la capitale cévenole arrive 2e derrière Quimper et devant 50 autres collectivités. En 2014, elle n’était pas dans le classement.

Un podium qu’elle doit à sa première place en terme de formation. Côté écosystème (incubateurs publics, pôles de compétitivité, technopoles, pépinières d’entreprises, French Tech, évolution brute de l’emploi total fin 2002/fin 2012, taux de chômage du 4e trimestre 2014, chiffre d’affaires moyen, taux de création d’entreprises et progression du taux, taux de défaillance et évolution…), Alès est 8e. C’est sur le critère infrastructures que la ville est la moins dotée (durée du trajet en train pour relier Paris, présence de ports maritimes et fluviaux, présence d’aéroports, présence d’autoroutes reliant la ville, énergies renouvelables (nombre d’installations solaires) : elle est 43e.

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Articles similaires

2 commentaires

  1. Première surtout pour la COM. Alès est la ville la plus pauvre de plus de 20.000 habitants au sud de la France et son taux de chômage atteint des records après 20 de règne du tandem Roustan-Rivenq. L’Agglo et la ville c’est kif-kif…puisque ce sont les m^mes qui gèrent et qui s’auto-félicitent dans leur journal de propagande à gros budget. Très efficace pour la course aux décorations mais pas pour améliorer réellement la situation…sauf celle des jolies et coûteux ronds-points.

    1. Le taux de chômage relèverait de la responsabilité de la ville d’Alès ? Et ailleurs, comment cela se passe ? Alès est dynamique. Elle entreprend, infrastructure de plus en plus et cela créé des emplois. L’EMPLOI : beaucoup n’en veulent pas trop, même s’il en manque à pourvoir ! Trop dur de se lever à l’aube. Trop dur de se remettre en question et/ou acquérir une formation adaptée aux manques dans certains secteurs. On demande à la société de tout faire pour nous. Que faisons-nous pour elle ? Qui sommes-nous pour donner des leçons aux autres ? Que sommes-nous dans notre propre vie pour haranguer sans cesse ceux qui gèrent notre vie. Des pourris, oui, il y en a en politique à différents niveaux, au risque d’être confrontés un jour à la justice. Mais de grâce, arrêtons de salir ceux qui travaillent sans compter au quotidien, le nôtre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité