Actualités

LES SPECIALISTES Démantèlement nucléaire, les enjeux pour le Gard

Le directeur du CEA Marcoule Philippe Guiberteau, hier pour les 10 ans du Visiatome (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Le directeur du CEA Marcoule Philippe Guiberteau, ici pour les 10 ans du Visiatome (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Tous les samedis, à 7h, ne manquez pas le décryptage des spécialistes d'Objectif Gard sur un événement, un fait d'actualité, une polémique... Cette semaine, Philippe Guiberteau, Directeur du CEA Marcoule, nous explique le démantèlement nucléaire et ses enjeux pour le département du Gard.

A travers les grands chantiers qu'il conduit, le Commissariat à l’Énergie Atomique et aux énergies alternatives a acquis une expérience sans équivalent dans le domaine de l'assainissement et du démantèlement des installations nucléaires. Philippe Guiberteau, directeur du CEA de Marcoule, explique les enjeux de cette filière.

Qu'est-ce que le démantèlement des installations nucléaire?

Tout d'abord, en tant qu’exploitant nucléaire, le CEA est responsable du démantèlement de ses installations et de la gestion des déchets qui en sont issus. Il est aussi un acteur de la recherche sur les techniques et technologies utilisées dans les opérations de démantèlement. Pour des raisons d'obsolescence technique ou de fin de programme, il faut démanteler certaines installations nucléaires. Cela se déroule en plusieurs phases mais le démantèlement consiste à démonter les équipements et les auxiliaires. La phase d’assainissement consiste à enlever l’essentiel de la radioactivité résiduelle contenue dans les installations. Enfin, les déchets entreposés et produits par les opérations d’assainissement et démantèlement sont conditionnés et évacués vers les filières spécifiques. Selon la surface et la configuration de l’installation, il faut démonter les équipements et enlever la radioactivité présente sur des parois, dans des kilomètres de tuyauterie, dans des cuves, etc... Le tout est réalisé selon différents procédés chimiques, mécaniques, thermiques. Si les opérations présentent un risque de contamination pour les opérateurs, elles sont alors effectuées à distance au moyen d’engins robotisés, souvent développés au sein-même du CEA.

Pourquoi cette spécificité à Marcoule plutôt qu'ailleurs?

Le Commissariat à l’Énergie Atomique et aux énergies alternatives a été créé en 1945 mais beaucoup d'installations datent des années 1950 et 1960. Aujourd’hui, une vingtaine d'installations nucléaires de base civiles (sur 43 au total) est en démantèlement au CEA de Marcoule. Ces activités mobilisent près de 800 salariés et leur financement est assuré de manière pluriannuelle à travers un fonds dédié. La spécificité du CEA réside dans la grande variété d’installations qu’il exploite car nous avons des réacteurs expérimentaux, des laboratoires de chimie, des stations de traitement d’effluents et de déchets... Le démantèlement de chaque installation est un cas particulier et nous avons une expérience non négligeable. Il faut bien connaître le chantier à démanteler. Pour cela, il faut investiguer, mesurer, savoir intervenir en milieu à risques et pour cela, nos outils, comme par exemple le robot "Maestro", sont des atouts car il est unique au monde!

Des progrès sont-ils encore à venir et à faire valoir?

Sur les 20 dernières années, les progrès sont là. Nous avons une expérience, des problèmes à résoudre qui sont aujourd'hui résolus mais nous souhaitons valoriser tout cela auprès du tissu industriel local. Notre objectif est de rassembler autour de Marcoule des industriels, des moyens de formation pour innover et créer de l'emploi car nous pouvons valoriser notre expertise dans le cadre de la démarche nationale mais aussi à l'international! Parmi les technologies développées au CEA figurent le bras robotisé "Maestro", pour toutes les opérations ne permettant pas une intervention humaine directe. La gamma caméra, qui permet de visualiser les points de radioactivité sur une zone définie ou encore l’Aspilaser, basé sur un laser à impulsion et destiné au décapage des peintures sont d'autres atouts. Dans 20 ans... Notre association, le Pôle de Valorisation des Sites Industriels aura encore progressé, y compris vers d'autres domaines. Nous pensons que ce genre de technologie peut être utilisée sur tous les sites industriels. Ça ouvre de belles perspectives, surtout quand on pense que nos outils sont issus d'une technologie qualifiée et donc employée en situation réelle.

Le démantèlement est-il aussi un enjeu économique?

Notre budget est d'environ 500 millions d'euros dont une partie est directement injectée dans le tissu local. Aussi, dans ce chiffre, une partie importante vient du démantèlement. Dans le cadre de la programmation des fonds 2014-2020, l’Union Européenne a demandé aux Régions d’élaborer une stratégie de recherche et d’innovation de spécialisation intelligente sur 10 critères et le démantèlement en fait partie. La formation scolaire n'est pas en reste avec il y a peu de temps l'ouverture d'une filière de management à Montpellier qui compte 9 stagiaires et 7 nationalités différentes!

Au CEA de Marcoule, un espace "assainissement et démantèlement des espaces nucléaires " vous permettra d'approfondir la question.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 31 ans et suis journaliste depuis près de dix ans. Nouveau dans l'équipe d'Objectif Gard, je suis en charge de l'actualité de la Camargue Gardoise. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions.

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “LES SPECIALISTES Démantèlement nucléaire, les enjeux pour le Gard”

  1. Très belle et très complète présentation du démantèlement, notamment dans la filière nucléaire, sans oublier le lien économique avec les industriels locaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close