Faits Divers

JUSTICE Il voulait rejouer « l’exorciste » avec son ex : un an de prison ferme

Palais de justice de Nîmes. DR
Palais de justice de Nîmes. DR

Il s’était caché sous le lit de son ex pour rejouer une séance du film « l’exorciste ». Il a attaché sa victime pour « que les émotions négatives sortent d’elle »...

Cet homme de 50 ans, qui ne s’est pas présenté vendredi à l’audience de la chambre des appels correctionnels de Nîmes, a été condamné à un an de prison ferme. Un mandat d’arrêt a même été délivré contre lui… Actuellement recherché, il est en outre interdit de séjour pendant cinq ans dans le Gard et la Lozère.

C’est une séparation amoureuse qui se fait dans la souffrance. En février 2014, Christian*, 48 ans, décide de quitter sa compagne, Nathalie*. Le couple vit depuis près de deux ans, dans un petit village gardois à la limite de la Lozère. Mais sitôt la rupture consommée, l’homme s’immisce immédiatement dans la vie de son ex. D’abord, il veut et il obtient une explication histoire dit-il de faire le point. Une explication où Nathalie va se retrouver ligotée sur son lit. Le quinquagénaire veut jouer comme dans le film l’exorciste, afin que « les émotions négatives sortent ». Il l’a trainée par terre, lui a ligoté les mains puis il lui met un foulard dans sa bouche pour étouffer ses cris. Heureuse de s’en sortir, la femme dépose plainte.

Rapidement de nouveaux ennuis se profilent pour elle.... Les clefs de sa voiture et de sa maison sont dérobées, le courrier disparaît de sa boîte aux lettres, des journaux intimes se volatilisent, tout comme un ordinateur qui est introuvable quelques heures avant de revenir sur l’étagère de la maison. Quelques jours seulement après la séparation, Nathalie, apeurée et dépassée par les évènements, se réfugie chez une amie au fin fond de l’Aubrac. En Lozère, pense-t-elle, on ne parviendra pas à la retrouver. C’était mal connaître les talents de détective de Christian. Il se rend sur le plateau d’Aubrac et part à la recherche de sa belle qu’hier encore il ne voulait plus.

En mars 2014, il retrouve Nathalie. Il décide de la suivre en cachette. Puis il fait des repérages de la maison de l’amie qui héberge Nathalie. Le 14 mars en début d’après-midi, il pénètre par effraction dans l’habitation. Pendant des heures, il erre dans la maison vide de ses occupants. Ensuite il va se glisser toute la soirée sous le lit jusqu’à 22h, horaire où Nathalie va se coucher. Là, il l’agrippe, la bloque et lui donne l’ordre de retirer sa plainte pour « violences ». Les hurlements de Nathalie vont alerter son amie qui dort juste à côté. Lorsque cette dernière entre dans la pièce, elle voit un homme muni de gants de latex qui agresse sa copine. L’alerte est donnée… Christian avoue les faits, il explique même qu’il a cherché plusieurs jours Nathalie avec comme seul désir selon les explications qu’il a fourni aux gendarmes… récupérer les journaux intimes de son ex.

*Afin de préserver l’anonymat de la victime les prénoms ont été modifiés.

Boris De la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité