A la uneActualitésFootballNîmes OlympiqueSports Gard

LE PORTRAIT Gérard Chabaud, une vie au service du Nîmes olympique

Gérard Chabaud, président des Crocos pour toujours. (photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Gérard Chabaud, président des Crocos pour toujours. (photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Gérard Chabaud est un inconditionnel des Crocos. Ancien président des Red Warriors, il est à la tête d'un nouveau groupe de supporters, Les Crocos pour toujours, et viens de vivre "la plus grande saison de l'histoire du club". Portrait.

Quand on lui demande à quand remontent ses premiers souvenirs de Jean Bouin, Gérard hésite. Pourtant les anecdotes ne manquent pas, elles fusent. Mais le premier match, c'est une autre paire de manches : "Mon grand père et mon père travaillaient au club, aux guichets et aux vestiaires. J'avais 6 ans quand on m'a emmené pour la première fois à Jean Bouin." C'est que sa vie est intimement liée à l'histoire du Nîmes Olympique et de son premier écrin historique, le stade Jean Bouin. Avec un père détenteur des clefs, Gérard est un privilégié. "Je pouvais rentrer presque partout. Dans les vestiaires ça sentait le camphre. Je voyais s'entrainer Michel Mezy, Bernard Boissier, René Girard dans une petite cour à Jean Bouin."

À 13 ans, il est chargé de récupérer les ballons partis au dessus du mur, vers Serre-Cavalier. Trois ans plus tard, il est à son tour embauché aux entrées du stade et en tribune d'honneur. C'était l'époque de Paul Calabro, président du club de 1972 à 1982 et de la grande rivalité avec l'Olympique de Marseille. "Il y avait aussi Saint Étienne, on les recevait à Jean Bouin avant qu'ils partent à Glasgow pour la finale de la coupe des clubs champions." De son regard d'adolescent, Gérard vit les plus grandes heures de son club de cœur. Avant la finale de la coupe de France en 1996, il y a aussi quelques regrets : "Eric Cantona et Laurent Blanc n'ont pas donné ce qu'on pouvait attendre d'eux".

"Nîmes est une ville de football, oui, mais seulement dans les bons moments."

À côté de sa passion, il est banquier à Nîmes et Anduze avant de monter une société de production audiovisuelle et travaille notamment pour Téléfoot de 1993 à 1998. "Un ami travaillait à Télé Monte Carlo, la chaîne vendaient du matériel à des prix très intéressants. On a sauté sur l'occasion." Il couvre les matchs de l'OGC Nice et le festival de Cannes où il interviewe notamment Clint Eastwood : "Sa première réaction a été de me dire "ça t'épate, je suis plus grand que toi" plaisante t-il. Gérard mesure 1 m 92, l'acteur américain 1 m 93.

Depuis octobre 2015, il anime le groupe de supporters Crocos pour toujours, après la dissolution des Red Warriors en pesage ouest. Une saison qui restera gravée dans sa mémoire : "Ça a été le plus grand moment de l'histoire du club qu'on ait vécu" s'avance t-il, mais a un regret, "Nîmes est une ville de football, oui, mais seulement dans les bons moments." La saison prochaine sera décisive sous l'air Assaf/Perdrier. Gérard donne toute confiance à la nouvelle direction, et tire son chapeau aux joueurs : "Fethi Harek, Toifilou Maoulida, c'est des joueurs comme ça qu'il faut pour motiver les jeunes." En attendant, la trêve estivale va être longue pour lui et les Crocos pour toujours, impatients de voir le nouveau Nîmes Olympique, enfin débarrassé des sanctions.

Baptiste Manzinali

Etiquette

Baptiste Manzinali

Diplômé de l'ESJ, passionné d'actualité en général, musique, football, cinéma, jeux vidéo et civilisations anciennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité