A la uneActualitésPolitique

ÇA RESTE ENTRE NOUS Les indiscrétions de la semaine

Photo d'illustration : droits réservés.
Photo d'illustration : droits réservés.

Chaque semaine la rédaction vous propose un cocktail d’indiscrétions politiques, culturelles, économiques ou sportives. Restez connectés !

Écharpe tricolore : la délation de Richard Tibérino… La loi, c’est la loi. Alors, quand cet ancien du RPR aperçoit le président UDI de Nîmes Métropole, Yvan Lachaud, déposer une gerbe, lors des cérémonies officielles, avec son écharpe tricolore, Le Républicain prend sa plume. Le 10 mai, l’adjoint au maire de Nîmes s'est fendu d'un courrier envoyé au Préfet :  « il apparaît que seuls les députés, sénateurs, maires* (…) sont habilités à porter l'écharpe. Or, à chaque cérémonie, vous constatez comme moi que Monsieur Yvan Lachaud arbore son écharpe tricolore sans aucun droit ». Et de conclure : « je suis certain que les services de la préfecture seront être fermes pour faire respecter les termes de votre note du 24 février ».  Résultat, le 22 mai lors du rassemblement des Amis de Jeanne d’Arc, plus d’écharpe sur l’épaule d'Yvan Lachaud… En politique, les symboles, ça compte.

Belkacemi et Talon, « en marche » avec Macron. Cette semaine, nous vous relations le petit « couac » de leadership, dans le Gard, du mouvement transpartisan du ministre de l’Économie. Selon nos premières informations, le directeur de cabinet du maire de Bagnols et élu d’opposition à Tresques, Jérome Talon, devait coordonner le mouvement. Toutefois, un communiqué annonçant l’initiative de « La grande marche » présentait l’élu d’opposition de Cendras, Kamel Belkacemi, comme le « coordinateur » du mouvement. Face à cette situation, les deux adeptes du macronisme ont finalement décidé de se voir demain pour coordonner « En marche » dans le Gard… Histoire que le mouvement « marche » sur ces deux jambes.

Lire aussi : GARD Les “marcheurs”, relais de Macron, font remonter les problèmes

Parti Socialiste : les règlements de compte de la motion B… Vendredi, le mandataire nîmois de la Motion B (les frondeurs), Christophe Geneix et l’un des membres de cette même motion, le Bagnolais Nabil Kadri, ont étalé leurs désaccords sur Facebook. Un grand déballage au vu et au su de tous leurs petits camarades. Entre quiproquo sur le mouvement de Macron ; pics sur le score de M.Geneix à l’élection du 1er fédéral 2015 ou son revirement aux municipales nîmoises… Ces échanges se sont conclus par une lettre d’exclusion de la Motion B envoyée au Bagnolais. Cette exclusion impliquant sa sortie du conseil fédéral, parlement du PS. Les raisons invoquées concernent toutefois : « la poursuite » de la procédure en justice pour l’extension des responsabilités dans l’affaire Bouvet. « Il n’y aurait pas eu ces échanges sur Facebook, Christophe Geneix ne m’aurait pas envoyé de lettre. (…) Moi je demande que tous les membres et signataires de la Motion B se prononcent sur mon exclusion », réagit Nabil Kadri. La Motion B au niveau national a été alertée pour siffler la fin de la récréation.

Capture d’écran 2016-05-29 à 10.51.15

Nîmes Métropole : Gilles Ridel se remet en selle. Lundi en conseil communautaire, les élus ont attribué à l’unanimité une subvention de 3 000 € à l’association Vélo Club de Lédenon. Ladite structure est présidée par Gilles Ridel, ex-président de l’Agence de développement économique de l’Agglo. Ce chèque lui servira à organiser des randonnées VTT (ouvertes à tous - c'est important de le signifier) sur le domaine Vallongue, à l’occasion de la 2ème édition de « l’Agglo en Fête ». Si certains élus avaient presque oublié le chef d’entreprise, nul doute qu'il sait se rappeler à leur bon souvenir.

La coquille de la semaine. Ce lundi, en conseil communautaire, le groupe UPNM ( Union Pour Nîmes Métropole - dans lequel siège le maire de Nîmes) était un peu agité… Alors que le M.Finances de l’Agglo, Maurice Gaillard, s'évertue à présenter les comptes administratifs 2015, des rires s'échappent du groupe. L'objet de cette raillerie ? L'invitation de Nîmes Métropole pour les JMS (Journées Méditerranéennes des Saveurs), déposée sur les tables des élus... Parmi la liste des invités recensés sur le carton : « Denis Bouad, président du conseil général et maire de Blauzac ». « Il n’est plus maire et le conseil général n’existe plus, c’est le conseil départemental ! Bravo ! ». Qu’est-ce qu’on se marre à Nîmes Métropole !

*Les adjoints et conseillers municipaux peuvent porter leur écharpe uniquement dans le cadre de leurs fonctions d’officier d’État civil, d’offre de police judiciaire ou lorsqu’ils représentent le maire.

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

4 réactions sur “ÇA RESTE ENTRE NOUS Les indiscrétions de la semaine”

  1. Concernant l’agence de développement du territoire, OPEN NIMES MÉTROPOLE, les élu-e-s FN demandent que la dite agence transmette le rapport d’activité annuel à l’ensemble des élu-e-s ainsi qu’une note bimestrielle pour suivre au plus prés ses objectifs, ses démarches —> Transparence, information, respect des élu-e-s.
    Le président de Nimes Métropole, Yvan Lachaud, doit respecter son opposition, la démocratie représentative, l’ensemble des électeurs.

  2. A une autre époque le Tiberino aurait été fusillé sur place publique.
    On se croirait à l’école publique ou on jouait à celui qui a la plus grosse. Je fais un caprice au maître d’école et je le répèté à tout le monde pour me faire mousser. Pathétique ce monsieur. S’il avait été éduqué et civilisé il en aurait parlé directement à Lachaud. Mais bon, il faut bien exister par quelque chose à défaut que ce soit par les idées.

  3. Les nîmois peuvent désormais dormir tranquilles : l’adjoint à la sécurité veille à ce que partout la loi de la République soit appliquée et que les forces de l’ordre placées sous l’autorité du Préfet y veillent de très près. Ils ne seront plus agressés désormais à la vue d’un adjoint au Maire, d’un officier d’état civil ou encore d’un Président d’Agglo porter à l’épaule, sur une estrade ou pendant une cérémonie officielle, l’écharpe tricolore symbole de leur état d’élu de la République et dont ils sont déclarés indignes. Je m’inquiète sur l’état de santé intellectuelle de certains élus dont la lourde tache qui leur sont confiée semble les égarer si loin des vraies préoccupations de nos concitoyens dans le climat d’insécurité générale qui envahit partout leur quotidien. Mais voilà une agression à laquelle ils ne seront désormais plus confrontés. Ouf ! Braves gens, vous pouvez maintenant dormir tranquillement : votre adjoint à la sécurité bien veille bien sur vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité