A la uneActualités

CAISSARGUES Gestion et développement, le grand écart de Christian Schoepfer

Christian Schoepfer, maire de Caissargues, revient ces premières années à la tête de la Mairie (Photo Anthony Maurin).
Christian Schoepfer, maire de Caissargues, revient sur ses premières années à la tête de la commune (Photo Anthony Maurin).

Christian Schoepfer, Divers droite (DVD), a été élu maire de Caissargues en 2014. En responsabilité au sein du village depuis 1989, il évoque ses difficultés et ses satisfactions à la tête de la commune. Projets accomplis et à accomplir, travaux du TCSP, urbanisation, gestion financière, logement...

 

Depuis 2 ans, comment se porte la commune?

Une fois maire, j’avais pas mal d’objectifs en vue concernant la gestion. Des efforts étaient à faire à cause de la baisse des dotations de l’Etat, à vrai dire, c'est parfois de la gymnastique car l’Etat pense que la population de Caissargues est riche alors nous avons peu d’aides. En fait, nous n’avons presque que les revenus de nos administrés pour faire vivre la commune.

 

Mais vous aviez un programme et des projets, où en êtes-vous de la feuille de route?

Je souhaite être vigilent, nous serons toujours à temps de réaliser d’autres projets mais comme il nous tombe toujours quelque chose sur le coin de la tête… On ne sait jamais! Avec des finances contraintes, il est difficile de faire tout ce qu’on a dit mais nous faisons au mieux. Nous voulions créer un city stade, c’est fait. L’avenue du Cambourin devait être rénovée, le chantier coûtera 1,2 million d’euros mais sera réalisé, nous attendions simplement de nous refaire une santé financière. Nous faisons des économies sur les frais de fonctionnement, l’eau, le chauffage, l’entretien de la voirie et nous diminuons l’endettement par habitant. Nous allons reconstruire 2 courts de tennis qui dataient de 1976 et qui devenaient dangereux.

 

Et la vie au sein du village, où en est-elle?

Dès le mois de septembre, l’objectif des années à venir sera de trouver un bâtiment et de le mettre aux normes afin qu’il abrite une trentaine d’associations. Elles sont le poumon d’un village, j’y suis attentif. Le bar du centre-ville est fermé et ça a été un choc pour la vie du village mais nous n’avons pas les moyens de redynamiser le secteur comme nous aimerions. Nous essayons de relancer le marché hebdomadaire du samedi avec des animations mais c’est difficile… Entre la grande ville et la proximité des supermarchés, les gens vont ailleurs. Il faut que le village se réapproprie ce lieu, cette ambiance et ces produits.

 

Caissargues compte aujourd'hui moins de 4000 habitants, pourquoi?

Je souhaite que le village reste en-dessous de la barre des 5000. La population est vieillissante, nos lotissements sont vieux de 40 ans, les gens sont restés là... Que voulez-vous, ils sont bien ici! Il existe même une rue spécifique aux centenaires. Par contre, nous avons peu de médecins et nous ne comprenons pas pourquoi personne ne vient s’installer ici…

 

Le logement pose-t-il problème alors?

Caissargues est une petite commune de 860 hectares, il n’y a pas beaucoup de foncier et nous sommes touchés par le PPRI. Notre PLU va bientôt changer, nous y travaillons depuis 2010 et sur 10 hectares de zone urbanisable, nous allons créer un lotissement comprenant des logements sociaux. Caissargues est en déficit de ce côté et le centre-ville n’ayant pas de dent creuse, il nous réaliser ces projets ailleurs. Avec ces nouveaux arrivants, la commune devrait passer la barre des 4500 voire 4800 habitants.

 

Les travaux balisent et vont baliser le village pour les mois à venir, vous n'avez pas peur?

Je suis perplexe quant à la Ligne Grande Vitesse... Nous avons des ruissellements inédits et en août 2015, une partie de la ville jamais inondée était sous l’eau… Le TCSP, c’est un peu mon bébé ! Actuellement il y a beaucoup de réunions et de comités de pilotage. Ça s’annonce bien et l’Etat offre une belle participation. Le TCSP devrait aller jusqu’au sud de Caissargues, nous sommes en train de choisir les emplacements des parkings relais et le tracé exact du BHNS de 24 mètres qui sera vraisemblablement au gaz ou hybride.

 

Pour quand l'arrivée du TCSP et la fin des bouchons sur le chemin des canaux et la route de Nîmes?

J’émets toujours des réserves sur les calendriers mais si tout va bien, fin 2018, le TCSP viendra jusqu’à Caissargues! Autre enjeu prioritaire, celui d’alléger les bouchons entre la D135 et la D42. Le flux, de manière simple, peut être radicalement modifié et nous allons certainement le faire.

 

Des gens du voyage occupent le stade du village et vous avez porté plainte, comment en est-on arrivé là?

Il y a environ 100 caravanes d’évangélistes, ils sont arrivés dimanche. Le stade a été envahi malgré mon interposition mais la police m’a fait comprendre qu’il fallait laisser passer le convoi alors j’ai porté plainte pour envahissement de l’espace public. En plus, mes administrés me pensent responsable… Le Gard n’est pas équipé pour recevoir correctement les gens du voyage et les communes n’ont pas les moyens de le faire, alors, il y a toujours des problèmes.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité