A la uneActualités

GARDOIS EN LUMIERE Julien Doré, des bars nîmois aux Victoires de la musique

Julien Doré, image d'archive Paloma. DR
Julien Doré, image d'archive Paloma. DR

Trois albums dont deux récompensés aux Victoires de la musique, Julien Doré a pris la tangente au lendemain de sa victoire à l'émission Nouvelle Star en 2007. Pourtant, rien ne prédestinait ce natif d'Alès étudiant aux Beaux Arts de Nîmes à un succès aussi fulgurant.

Il aura laissé une emprunte indélébile dans les bars nîmois où il avait ses habitudes avec son premier groupe, Dig Up Elvis. Une formation rock au sein de laquelle il tenait le rôle de compositeur, guitariste et chanteur et lui permettait d'exorciser ses angoisses et sa peur des gens. Car loin de ce personnage charismatique tout en assurance qu'il est devenu, Julien Doré a traversé l'adolescence comme un oiseau perdu.

À Lunel, il obtient son bac littéraire et enchaine des petits boulots pour son argent de poche : entreprise de ravalement de façade, manutention en supermarché, il est loin le monde artistique auquel il aspire. Accepté aux Beaux-Arts de Nîmes où il passe cinq ans, Julien suit les traces de son ancêtre l'illustrateur Gustave Doré dont il est l'arrière arrière petit neveu. Mais son parcours dans les arts graphiques n'ira pas plus loin. En parallèle de ses études, il forme un groupe de rock, Dig Up Elvis, avec des camarades de promo, en 2002. Il se forge une réputation dans les bars nîmois - et au delà puisque le groupe part en tournée en Belgique - et influence dans son sillage un public local qui voudra l'imiter.

Quatre ans plus tard, son diplôme des Beaux-Arts en poche, sans travail, Julien pousse la porte des castings de l'émission Nouvelle Star et en ressort gagnant un an plus tard, le temps de se révéler au grand public et à lui-même. Lors de l'émission, Julien Doré enchante le jury par son aisance scénique remarquable et ses reprises originales - La reprise du tube d'Alizée Moi...Lolita sortira même en single avec son groupe Dig Up Elvis. Le magazine Elle ira jusqu'à le sacrer "homme le plus sexy de l'année" en 2007.

Il n'est pas rare de voir des talents se révéler dans des télé-crochets, mais disparaître totalement une fois leur carrière enclenchée. Ce n'est pas le cas de Julien Doré, qui signe un premier album dans la foulée en 2008, Ersatz, avec le titre Les limites, récompensé aux Victoires de la Musique en tant qu'album révélation de l'année. Son univers est alors très inspiré par celui de Serge Gainsbourg et Jacques Dutronc. Un second LP, Bichon, est publié trois ans plus tard et rencontre un succès plus modéré malgré le titre Kiss me forever. Puis Love en 2013, vendu à plus de 200 000 exemplaires, ce qui lui vaut d'être sacré Artiste masculin de l'année aux Victoires de la musique en 2015.

Dans le Gard, Julien Doré y vient très régulièrement et noue toujours des amitiés très fortes avec quelques uns des anciens membres du groupe Dig Up Elvis, dont Baptiste Omoh qui l'accompagne toujours dans la composition et sur les lives. Ses parents vivent toujours à Lunel où il vient se ressourcer. Mais Julien Doré n'aime pas faire trop de vague, en dehors de la scène. S'il reste attaché à son sud natal, c'est dans l'anonymat le plus total qu'il s'y rend. Le mois dernier, il dévoilait un nouveau single intitulé, Le lac, synonyme d'un album en préparation.

Baptiste Manzinali

Etiquette

Baptiste Manzinali

Diplômé de l'ESJ, passionné d'actualité en général, musique, football, cinéma, jeux vidéo et civilisations anciennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité