ActualitésSociété

CAMARGUE Les secrets du bonheur du Grand Site gardois

Une autre vue de la célèbre cité médiévale d'Aigues-Mortes (Photo SMCG)
Une autre vue de la célèbre cité médiévale d'Aigues-Mortes (Photo SMCG)

On y trouve des canards colverts, des grandes aigrettes, des foulques macroules et bien sûr des flamants roses. A 2 pas des remparts médiévaux de la cité bien contemporaine d'Aigues-Mortes, le site de la Marette est classé pour son intérêt biologique et environnemental depuis 1973.

Sur près de 600 hectares, le panorama est à couper le souffle. Marais en premier plan, sansouïres, canaux et anciens salins et pour finir à l'horizon, les remparts qui devancent une vaste zone humide. A la fois naturel, sauvage et envoûtant, le site sait cohabiter avec notre univers moderne empli d'échappements, de murs et de bruits.

La voie littorale CD62 est le reflet de cet état de faits et offre un point de vue remarquable sur une cité liée à la zone humide dans laquelle elle s’inscrit.

Maison du Grand Site de France de la Camargue Gardoise

Avec l'intérêt croissant des stations balnéaires, l'arrière-pays est parfois menacé. C'est la raison pour laquelle le Grand Site est... un Grand Site! En quelques mètres, on passe d'un monde à l'autre, d'une vie de nature à une vie d'artifices.

Eviter toute nuisance comme les constructions en bord de route obstruant la vue, la pression urbaine et touristique des campings, l'importance du trafic routier, mais aussi la déprise agricole au nord du site révèlent tout l'intérêt de ce classement qui doit bientôt être renouvelé.

Pour connaître le coin comme sa poche et passer d'excellents moments en famille, suivez le sentier de la Maison
du Grand Site qui vous offre une vue imprenable sur la cité médiévale depuis un ponton placé sur l’étang de la Marette. Si vous êtes plus sportif, à vélo, l’étang se dévoile également d’une belle façon depuis le chemin de hallage du Môle. Cette route est maintenant une portion de la Via Rhôna qui va jusqu'au Grau-du-Roi.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité