NÎMES Les deux frères veulent faire sauter des grenades au commissariat

L'Hôtel de police de Nîmes. Photo © objectifgard.com / MA

L'Hôtel de police de Nîmes. Photo © objectifgard.com / MA

Dans la nuit de vendredi à samedi, après une soirée dans un appartement nîmois où la musique était trop forte, les policiers municipaux et nationaux ont été insultés et menacés par deux frères Saïd, 30 ans, et Yassin, 26 ans.

Condamné à seize reprises dont cinq fois pour des outrages, ce qui lui vaut de comparaître en récidive, Saïd est incontestablement celui qui a été le plus virulent à l’encontre des policiers nîmois. A grands coups de « Vive Daesh », il leur a tout promis : de faire sauter des grenades au commissariat, d’aller en Syrie pour se faire exploser à son retour sur le sol français, de saisir son calibre 12 dans son appartement, de tuer toutes leurs familles…  Tout ça pour quoi ? Parce que les policiers municipaux ont eu le malheur de lui demander de mettre le son moins fort.

  • Le Bataclan, c’est de la merde à côté de ce que je vais vous faire, menace Saïd quand les policiers pointent le bout de leur nez.

Dans le box du tribunal correctionnel de Nîmes, l’accusé s’est calmé et ne se reconnaît pas :

  • Je ne me souviens pas avoir parlé du Bataclan et d’avoir proféré des grosses conneries comme ça.
  • Ce n’est pas des grosses conneries le Bataclan, coupe la présidente Christine Ruellan.
  • Non évidemment. De toute façon, je suis anti Daesh ! Je suis désolé, je n’ai pas vu la débilité de mes dires. Je n’ai même pas la double nationalité, je suis français. Je suis même un petit peu raciste, tente-t-il maladroitement.

S’il ne se souvient plus tout à fait de la soirée, c’est que celui qui prétend être un bon père de famille consomme régulièrement de l’alcool et du cannabis : 14 joints par jour ! Et son petit frère Yassin ? « Même pas 7 par jour ! », annonce-t-il fièrement au tribunal.

  • Et la culture de cannabis retrouvée chez vous ?, demande la présidente à Saïd.
  • C’est que j’attends que la France déclare le cannabis légal !

Peut-être que ce sera le cas à sa sortie de prison dans deux ans : la peine prononcée par le tribunal. Yassin, lui, a écopé d’un an ferme avec maintien en détention. Les frères devront enfin indemniser les neuf policiers mobilisés pour eux à hauteur de 1 700€ chacun.

Partager