Faits Divers

NÎMES Le papi arrêté à l’audience pour avoir abusé de sa petite fille de 4 ans

Photo d'archives / Objectif Gard
Photo d'archives / Objectif Gard

 

Un grand-père, inconnu de la justice, qui s’est transformé en « agresseur sexuel » de sa petite fille de 4 ans. Arrivé libre à l’audience pour ces faits qui remontent entre août 2013 et janvier 2014, le sexagénaire est parti entre deux policiers en prison. Il a écopé de 3 ans de prison comme l’avait réclamé le Procureur.

Cet homme de 61 ans, évoque « une relation fusionnelle » avec sa petite fille. Il s’en occupait beaucoup, jusqu’au jour où la relation filiale a dérivée. Le prévenu, au chômage, après plus de 30 ans dans une grosse entreprise gardoise reconnaît que les déclarations de sa petite fille sont vraies. La gamine alors âgée de 4 ans a confié à sa grand-mère maternelle début 2014, que son papi paternel « faisait des choses interdites sur la choupette ». Le grand-père confirme à l’audience les propos de l’enfant. « Un jour elle m’a demandé de venir avec elle sous la douche. Je me suis déshabillé, mais ce n’était pas sexuel », glisse le prévenu, trapu, qui comparait libre. Pourtant, quelques instants plus tard, il poursuit en énumérant les caresses et autres agressions sexuelles commises sur sa petite fille. Un récit glauque.

Sur le banc de la partie civile, les parents de Julie*, écoutent avec effroi les scènes racontées par le grand-père paternel. « Vous vous rendez compte de l’intensité de vos déclarations ? Comment peut-on se laisser aller à des choses pareilles en indiquant que ce n’était pas sexuel , coupe le président du tribunal correctionnel Jean-Pierre Bandiera. Comment peut-on être fusionnel à ce niveau-là avec un petit bout de 4 ans ? », poursuit le magistrat.

L’homme a une explication : « J’étais à une période très mauvaise de ma vie, sans emploi, puis je n’avais pas de relation avec mon épouseOui j’ai fait subir des actes sexuels à ma petite fille, j’ai honte, un grand père ne doit pas faire ça. Je n’ai pas de mots à poser sur des actes horribles que j’ai fait subir à ma petite fille. »

« On ne peut pas justifier une attirance sexuelle d’une petite fille de 4 ans et demie. Ce que vous avez fait, cela s’appelle de la pédophilie, gronde Me Isabelle Mimran pour les parents de l’enfant. Qu’est-ce qu’elle va devenir cette petite fille, comment va -t-elle grandir ? Ce grand-père qui a dit devant les enquêteurs que la petite était à l’initiative. Mais comment osez-vous ? clame la pénaliste Nîmoise accablante.

« Aujourd’hui, mon fils et ma fille, n’ont pas la même vie que les autres enfants. Ils ne peuvent pas dire à l’école, pourquoi ils ne peuvent pas aller chez leur grand-père », ajoute dignement le papa de la petite victime sans regarder son père poursuivi devant le tribunal.

Le tribunal correctionnel de Nîmes a suivi les réquisitions du Procureur de la République et a condamné le grand-père à 3 ans de prison. Il écope en outre d’un mandat de dépôt à l’audience.

 

*Afin de protéger l’anonymat de la petite fille, son prénom a été modifiée.

Boris De la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité