ActualitésSociété

ALÈS Rassemblés pour Théo

Rassemblement devant la sous-préfecture d Alès mardi soir. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard
Rassemblement devant la sous-préfecture d Alès mardi soir. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard
Rassemblement devant la sous-préfecture d Alès mardi soir. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

À la nuit tombée ce mardi soir, près de 80 personnes se sont rassemblées devant la sous-préfecture d'Alès pour soutenir Théo, violemment interpellé en Seine Saint-Denis, ainsi que toutes les autres victimes de violences policières.

Militants du parti communiste, d'Europe écologie les verts, syndicalistes, membres des associations de la Ligue des droits de l'homme et de la Rétive ont répondu à l'appel. Ils réclament justice pour Théo, ce jeune homme de 22 ans grièvement blessé par un policier, lors de son interpellation à Aulnay-sous-Bois le 2 février.

Une justice dans laquelle les manifestants n'ont plus confiance. "Dans ce contexte d'état d'urgence, la Police a plus de droits. Tout ce que ça apporte, c'est des jeunes qui s'en prennent plein la gueule. C'est un permis de tuer que l'État est en train de donner", lance un citoyen. "Tant qu'il n'y aura pas de vrai justice, il n'y aura pas de paix", ajoute un autre.

Le policier de 27 ans soupçonné d'avoir porté des coups de matraque à Théo a été mis en examen pour viol et placé sous contrôle judiciaire. Il a interdiction d'exercer son métier et de paraître en Seine-Saint-Denis.

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité