Faits Divers

LES ANGLES L’employé vole plus de 500 bouteilles d’alcool avec la complicité de… son patron !

Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard).
Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard).

En trois mois à peine, Anthony et Michel, les deux hommes qui avancent face au président Jean-Pierre Bandiera, ont fait fort ! Ils ont dérobé 500 bouteilles d’alcool selon eux, et plus de 1 100 selon la partie civile, le Leclerc Drive des Angles.

Cette drôle d’histoire débute, comme souvent, par un fait plutôt minime : la disparition d’un carton de douze bouteilles de whisky qui est finalement retrouvé un peu plus tard. Mais, très vite, au vu de l’endroit où il a été découvert, des soupçons pèsent sur l’un des salariés, Anthony. Le jeune homme de 26 ans craque et reconnaît qu’il est l’auteur de la tentative de vol. Convoqué par son directeur, un dénommé Michel, 33 ans, il est miraculeusement pardonné au prétexte que le patron veut lui donner une seconde chance. Une seconde chance de recommencer peut-être… Le président du tribunal correctionnel de Nîmes ironise en s’adressant à Michel :

-      Vous avez une lecture très moderne du droit du travail.

La clémence de Michel intrigue deux de ses adjoints qui creusent un peu plus et permettent aux enquêteurs de débusquer une véritable escroquerie. Michel fermait les yeux sur les vols de son salarié qui revendait les bouteilles volées dans la rue. Au total, 500 bouteilles disparaitront selon les deux prévenus et plus de 1 100 selon la partie civile. Le bénéfice a ensuite été partagé entre les deux hommes : 3 000€ chacun. Une attitude que condamne le représentant du ministère public François Schneider :

-      Je trouve ça triste et insultant vis-à-vis des gens qui, eux, seraient ravis d’avoir cet emploi.

Anthony, le salarié, a été condamné à 3 mois de prison avec sursis et 1 000€ d’amende. Son patron, Michel, à 10 mois avec sursis et 1 500€ d’amende. Ils devront payer 2 000€ de préjudice à leur entreprise dont - on pouvait s’en douter - ils ne font plus partie.

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité