ActualitésSociété

GARD Baccalauréat 2017 : c’est parti pour 7 196 gardois !

À la sortie du lycée Daudet de Nîmes, les commentaires allaient bon train (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
À la sortie du lycée Daudet de Nîmes, les commentaires allaient bon train (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Comme c'est la tradition depuis quelques années, c'est l'épreuve de philosophie qui ouvrait hier matin le marathon intellectuel des candidats aux Bac, indispensable sésame pour accéder aux études supérieures. Dans le Gard, ils sont cette année 7 196 à se présenter à l'examen...  

Porté sur les fonts baptismaux  par l’Empereur Napoléon 1er en 1808, le Baccalauréat n'avait connu sa première session que l'année suivante. Cet opus 1809 n'avait à l'époque concerné que 31 bacheliers (30 bacheliers es-lettres, 1 bachelier es-lettres et es-sciences). Aujourd'hui, ils ne sont pas moins de 520 000 candidats dans l'Hexagone à tenter de décrocher leur Bac et hier matin ils faisaient de leur mieux pour répondre à des problématiques du genre "Défendre nos droits est-ce défendre nos intérêts ?", "Peut-on se libérer de sa culture ?" ou "Suffit-il d'observer pour connaître ?"...

Après lépreuve, on échange ses impressions... Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Après l'épreuve, on échange ses impressions... (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Sacha est plutôt confiant même si "en philo, on ne sait jamais..." Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Sacha est plutôt confiant même si "en philo, on ne sait jamais..." (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

À Nîmes, devant le lycée Alphonse-Daudet, à la sortie de l'épreuve de ''remue-méninges'', c'était l'effervescence. "J'ai pris le sujet sur la culture", racontait Sacha, 16 ans, élève de Terminale S. "J'ai trouvé que ça collait bien à l'actualité et que c'était proche des préoccupations que l'on a concernant l'éducation et le comportement des gens en société. Même si en philo on n'est jamais à l'abri d'une mauvaise surprise,  je pense que ça va le faire..."

Issu de la même filière, Mathis, 18 ans, avait préféré plancher sur le commentaire d'un texte de Michel Foucault (1926-1984) sur les thèmes de la vie, l'erreur et la vérité. Et s'il n'a pas confondu le philosophe contemporain avec son non moins célèbre (presque) homonyme télévisuel, Jean-Pierre, le jeune homme a un peu navigué à vue : "Certaines phrases étaient difficiles à comprendre. C'était un peu compliqué. Je pense quand même avoir la moyenne. On verra..."

Camille à droite) sest confrontée à un sujet délicat Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Camille (à droite) s'est confrontée à un sujet délicat (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Pensionnaires de la section littéraire, Loubna et Camille, 18 ans toutes les deux, se sont triturées les méninges sur le thème "Suffit-il d'observer pour connaître ?" Avec chacune sa méthode. "J'ai observé un plan didactique avec comme réponse oui et non", confiait Loubna. "Il était difficile de trouver des exemples chez des philosophes ayant traité de ce sujet. J'ai parlé de la perception et de la conscience." N'ayant pas trouvé matière à nourrir un argumentaire en faveur du oui, Camille a axé l'essentiel de son devoir sur le non : "En conclusion, je pense qu'il ne suffit pas d'observer pour connaître et j'ai pris l'exemple d'une personne aveugle pour illustrer mon propos."

Les dés étant jetés, les postulants devront maintenant patienter jusqu'au 5 juillet, date à laquelle les 5 000 correcteurs mobilisés pour l'occasion auront rendu leur verdict. Quant à ceux qui devront en passer par la séance de rattrapage, ils seront convoqués le vendredi 7 juillet prochain...

Philippe GAVILLET de PENEY

philippe@objectifgard.com 

Etiquette

Philippe Gavillet de Peney

Après avoir traîné ma plume et ma carcasse un peu partout dans les rédactions des quotidiens régionaux de l'Hexagone, j'ai posé mes valises à Objectif Gard en mars 2016. Couteau suisse de la rédaction, j'interviens dans plusieurs rubriques avec une inclination plus marquée pour le sport, les portraits et les sujets de société... Au sein du journal, j'assure par ailleurs le Secrétariat de rédaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité