ActualitésSociété

TOROS Changement de cartel pour la feria des Vendanges

La feria des Vendanges propose quatre corridas aux cartels variés et une novillada de belle facture (Photo Anthony Maurin).
La feria des Vendanges propose quatre corridas aux cartels variés et une novillada de belle facture (Photo Anthony Maurin).

À l'instar de sa voisine arlésienne, la feria des Vendanges connaîtra une petite modification. En effet, Antonio Ferrera remplace le maestro Jose Maria Manzaneres qui devait être le parrain d'alternative du jeune Andy Younès.

Les aficionados ne sont jamais contents! C'est bien connu et c'est pour cela qu'existent les éternels débats entre les factions des passionnés de la "planète des toros". Cette feria des Vendanges commence le vendredi 15 septembre par une novillada assez alléchante. La présentation à Nîmes de Jesus Enrique Colombo, novillero vénézuélien, promet un moment d'histoire. Énorme capeador, le jeune s'est frotté avec brio aux arènes de Madrid et commet une excellente saison 2017. Une fois n'est pas forcément coutume, surtout dans les toros et au sein d'une arène de première catégorie, deux Français figurent au cartel de cette ouverture de feria. Et vous savez quoi? Le protectionnisme patriotique n'a rien à voir là-dedans! Ils sont simplement à la hauteur de l'événement. Le premier d'entre eux, le Nîmois Tibo Garcia, aura à coeur de briller dans ses arènes quand Adrien Salenc, autre Nîmois, ne voudra pas passer à côté d'une telle opportunité. Le combat d'une vie résumé à quelques minutes passées au centre d'un anneau de sable.

Adrien Salenc (Photo Anthony Maurin).
Adrien Salenc à Arles (Photo Anthony Maurin).

La samedi matin, c'est le vocalement puissant Antonio Ferrera qui remplacera le maestro Jose Maria Manzanares. Le grand triomphateur de la feria de Séville a retrouvé cette année la noblesse de son toreo. Même lors de la très difficile San Isidro madrilène, Antonio Ferrera a su conquérir un public qui s'est détendu au fil de ses passes. Ils s'est d'ailleurs imposé par le geste ou par la forme dans chacune des arènes où il s'est produit depuis le début de la saison. On savait que Jose Maria Manzanares, avec ses graves problèmes de santé (le moindre choc peut le paralyser...) était incertain mais une partie de l'aficion s'attendait à voir "un artiste" le remplacer. Ferrera n'en est pas un mais il a avec lui la qualité des années de matador de toros et l'élan de la générosité. De plus, la gestuelle offerte par Ferrera est moins dure qu'auparavant. Quand il se relâche, les courbes dessinées sont majestueuses et efficaces. Poseur de banderilles et fin connaisseur des toros, il saura faire vibrer les tendidos et emballer une course qui pourrait défaillir. Comme prévu à ses côté, Alejandro Talavante veillera sur l'alternative de l'Arlésien Andy Younès.

Andy Younes lors de son premier duel (Photo Anthony Maurin).
Andy Younes en juin dernier à Nîmes (Photo Anthony Maurin).

Pour l'après-midi, pas de surprise mais une opposition des plus intéressantes. Mano a mano entre le maestro des maestros Enrique Ponce et le Biterrois Sébastien Castella. Ponce est actuellement intouchable... À chaque corrida où il est programmé, le jeu est de savoir quel sera le toro qu'il va gracier! Le natif de Chiva est incroyablement doux, voluptueux et sincèrement émouvant dans sa tauromachie. De son côté, le Français réussit sa temporada et a même négocié un contrat de trente corridas aux Amériques cet hiver. Nîmes sera pour lui l'un des derniers grands rendez-vous en Europe et ce mano a mano offre une réelle compétition. D'ailleurs, pour les départager, six toros de six élevages différents. Sans sorteo préalable, voici les attributions de chacun des toreros. Le Français combattra un Jandilla, un Victoriano del Rio et un Pilar. Ponce sera quant à lui opposé à un Vellosino, un Paralé et un Nuñez del Cuvilo. L'assurance d'une grande tarde.

Naturelle templée dEnrique Ponce (Photo Anthony Maurin).
Naturelle templée dEnrique Ponce (Photo Anthony Maurin).

Dimanche matin, corrida mixte avec le centaure Pablo Hermoso de Mendoza, l'Arlésien Juan Bautista et l'Espagnol Gines Marin. Le cavalier n'aura pas de rival et devrait s'assurer un triomphe prévisible. Tout comme le Camarguais qui reviendra à Nîmes pour enchaîner sa énième Porte des Consuls en autant de paseos nîmois. Juan Bautista choisit ses courses, ne s'est volontairement pas trop engagé cette année et préfère profiter des grands moments dans une vie de maestro qui l'a vue tout de même réaliser l'exploit de prendre part à deux corridas la même journée cet été. Gines Marin a pris l'alternative l'année dernière et doit, s'il veut continuer dans le circuit, se livrer plus encore. Le dimanche matin à Nîmes est réputé pour ses corridas "faciles et petites" mais un toro reste un toro!

Gines Marin très à laise à gauche sur son premier toro (Photo Anthony Maurin).
Gines Marin très à l'aise à gauche, ici à Nîmes (Photo Anthony Maurin).

Enfin et pour en finir avec le cycle des Vendanges, la corrida de clôture risque de détonner. Un vrai feu d'artifice pour les petits curieux! Des toros piquants de Fuente Ymbro pour trois matadors aux dents longues et aux émotions fortes. Tout d'abord Paco Ureña, l'émouvant torero qui embarque, avec ses larmes de sang, l'aficion sur des terrains où elle n'a pas l'habitude d'aller. Ureña n'est pas un grand, c'est un immense. Humble en prime... De deuxième à sortir, le Mexicain Joselito Adame. Il a l'habitude de venir à Nîmes et y réussit plutôt bien. Adame est un torero de vérité malgré ses attraits spectaculaires et ses dix ans d'alternative. Sa tauromachie est loin d'être semblable à du monotoreo et permet aux aficionados de prendre une grande bouffée d'air frais tout en ayant les yeux qui pétillent. Enfin, Juan del Alamo est le troisième homme, l'inattendu tant espéré. Après la bouffée d'air frais, c'est un vent de fraîcheur qui va souffler sur les arènes. Un toreo de générosité et de douce impudence. Juan del Alamo est sincère dans sa démarche et l'aficion le redécouvrira avec plaisir.

Paco Ureña (Photo Anthony Maurin).
Paco Ureña (Photo Anthony Maurin).

Vente des places séparées: aux guichets 4 rue de la violette du lundi au vendredi de 9h30 à 18h, le samedi de 9h30 à 12h30. Par téléphone 0891 701 401 (0,225mn) ou directement sur le site arenesnimes.com avec la possibilité de choisir l’emplacement de votre place.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité