ActualitésSociété

TOROS La Paluna et ses apéros au campo

Les toros, au calme, entre ombre et lumière.

Tous les mardis soir à 18h, pour 20 euros par personne, c'est apéro au milieu du campo de la ganaderia La Paluna.

Quiétude et volupté pour La Paluna et les petits curieux adorateurs des bons moments...

L'élevage de toros bravos n'est pas une chose aisée. Évidemment, la pression animaliste veut venir à bout de la tauromachie et de la corrida mais sans trop se soucier du travail quotidien que font les éleveurs auprès du bétail et de l'entretien des paysages.

On ne cessera jamais de le rabâcher à qui voudra l'entendre, les éleveurs aiment les (et leurs) toros. " À la Paluna, il y a toujours des arbres et des abris pour que les toros puissent se protéger un peu. Des canons à eau sont mis en place pour leur confort. Ils adorent ça et ça a une double utilité : enlever mouches, moustiques et autres insectes mais aussi se faire du bien avec de l'eau fraîche à disposition tous les après-midis... ", explique Vincent Fare, le ganadero (éleveur).

Des jeunes toros dans un espace sauvage, naturel et extensif.

Pour prouver cet attachement et cette envie de partage, La Paluna vous propose des soirées spéciales, les mardis de l'été. Pour 20 euros vous avez droit à l'apéro, en toute discrétion et au calme car vous serez au milieu des toros, au campo, dans les prés se situant entre Saint-Gilles et Fourques, sur les rives du Rhône.

Ce sont des moments merveilleux à vivre et nous essayons de les faire découvrir au plus grand nombre. Quelques scènes de vie du campo de la Paluna où le toro est roi, star, protégé et choyé. Quand cette lumière bien typique de notre Camargue vient leur taper dessus le soir à partir de 20h, tout est plus beau, plus chaud ! On ne se lasse pas de ces paysages peuplés d'animaux sauvages, cela nous remplit de bonheur et de satisfaction... ", poursuit Vincent Fare.

Des veaux de l'année.

Pour réserver : 06.28.43.05.50 ou 07.61.31.98.36 ou sur La Paluna.

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

2 commentaires

  1. La vérité est que les éleveurs aiment ce que leur rapporte les taureaux. Leur intérêt est que le taureau ne meurt pas avant son  » usage  » donc il est bien évident que les éleveurs doivent s ‘en occuper d’ ici là.

    Nourrir, abreuver, protéger de la canicule, soigner les animaux d’ élevage n’ a rien d’ extraordinaire : c’est la définition de leur travail et ce n’ est pas parce qu’on a élevé correctement un animal qu’il faut le punir en l’ envoyant se faire charcuter à vif dans une corrida !

    Chacun d’ entre nous aime vivre heureux et longtemps; pour autant on ne considère pas qu’on doit mourir dans les plus horribles souffrances alors pourquoi serait-ce le prix à payer pour un bovin, au prétexte qu’il est imposant et a des cornes???

  2. Je ne vais pas vous répondre en vous expliquant le pourquoi du comment, mais je vous invite à venir nous voir et vous rendre compte par vous même qui est cet animal et comment « on l’élève »
    Cordialement
    Vincent FARE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité