ActualitésSociété

NÎMES Ciné débat entre Spartacus et Cassandra

Une image du film.

Rendez-vous est pris au cinéma Le Sémaphore mardi 25 septembre à 20h30.

Prod DB © Morgane Productions / DR SPARTACUS & CASSANDRA documentaire de Ioanis Nuguet 2014 FRA. avec Spartacus Ursu et Cassandra Dumitru adolescent, mobylette.

Des liens familiaux à la communauté, en passant par la culture : Qu’est-ce qui fait lien ? Qu’est-ce qui fait groupe ? Et comment s’y construire en tant que sujet ? Quand le cinéma nous aide dans nos questionnements de société.

Le collège des psychologues du CHU de Nîmes organise une soirée ciné-débat au Sémaphore le mardi 25 septembre, à 20h30 autour, de la diffusion du film documentaire de Ioanis Nuguet : Spartacus et Casandra. Ce documentaire relate l’histoire de deux enfants qui, au bout de l’engrenage judiciaire, comprennent qu’à défaut de pouvoir sauver leurs parents, ils peuvent décider de se sauver eux-mêmes. " Conte documentaire ", il est à la fois réaliste et poétique et sera l’occasion de réfléchir à la question du groupe. Entre enfance en survie, parentalité en souffrance, communauté marginalisée et institutions d’État, qu’est-ce qui permet à ces enfants de se construire malgré tout une place dans le monde ?

Madeleine Gueydan, psychologue et psychanalyste et Delphine Villaumet, enseignante et médiatrice scolaire auprès des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs, seront présentes pour animer le débat suite à la projection.

Pour les curieux ou les nostalgiques... voici le synopsis du film Spartacus. " Jeune Rrom (oui on peut l'écrire ainsi) de 13 ans et sa sœur Cassandra, 10 ans, sont recueillis dans le chapiteau-squat de Camille, une drôle de fée trapéziste qui prend soin d’eux, leur offre un toit et leur montre le chemin de l’école. Mais le cœur des enfants est déchiré entre l’avenir qui s’offre à eux et leurs parents qui vivent encore dans la rue ". Ioanis Nuguet a passé trois ans auprès des Rroms de Seine-Saint-Denis. Son film documentaire à " hauteur d’enfants " est constitué de la somme de leurs regards, sentiments, pensées… Son cinéma direct en plans séquences s’ouvre à la fantaisie, à la musique, au Super 8, aux photos et animations, libre comme le slam de Spartacus.

Publicité
Publicité
Publicité

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité