ActualitésPolitique

LES RÉPUBLICAINS À la recherche d’un nouveau souffle

Photo : Coralie Mollaret

Président, secrétaires de circonscription ou conseillers nationaux… Les militants renouvelleront le 13 octobre les instances de leur fédération.

(Photo : Coralie Mollaret)

Marcel Proust était À la recherche du temps perdu. Dans le Gard, Franck Proust, nouveau secrétaire départemental, est à la recherche d’un nouveau souffle pour la Droite.

C'est un scrutin qui a lieu environ tous les trois ans. Le 13 octobre,1515 adhérents (à jour de cotisation au 13 septembre (*)) sont appelés aux urnes pour désigner leurs représentants locaux. Malgré les rumeurs sur d’éventuels autres candidats, Christophe Rivenq, président des élus de la Droite et du Centre à la Région Occitanie, est le seul à briguer le poste de président de la fédération.

L’Alésien devrait ainsi prendre le relais du maire de sa commune, Max Roustan. Le président sortant avait choisi de se retirer en même temps que le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, qui dirigeait jusqu’à l’été dernier le secrétariat départemental (*).

Un tandem Proust-Rivenq ?

Une nouvelle page de l’histoire de la Droite va s’écrire. Ceux qui tiendront le stylo seront Franck Proust, actuel secrétaire départemental et très probablement Christophe Rivenq. Deux quinquagénaires au style similaire : bons techniciens et plutôt sûrs d'eux, ils aspirent à continuer le travail de leurs pairs. Dans le Gard, les enjeux ne manquent pas. À huit mois des Européennes et à moins de deux ans des Municipales, les nouveaux ténors devront dessiner une nouvelle stratégie, dans un contexte historique de désaffection des électeurs vis-à-vis des partis dits traditionnels.

Élection des chefs de troupes

Pour les aider, la direction du parti comptera sur ses troupes, encadrées par six secrétaires de circonscription, appelés eux-aussi à être réélus. Sur la 1ere circonscription, la sortante et élue départementale Véronique Gardeur-Bancel songe à rempiler. Elle pourrait affronter le militant et ex-responsable de la police ferroviaire, Thierry Collet... Si et seulement si sa candidature se confirme. 

Sur les 2e, 5e et 6e circonscriptions pas de grand changement en vue… L’ex-candidate aux Législatives, Pascale Mourrut, est bien partie pour continuer son travail militant. Idem pour Christophe Ruas sur la 5e et Richard Flandin sur la 6e. Sur la 4e, Pierre Martin devrait pourvoir poursuivre sa tâche, conforté par une recrudescence des adhésions. Enfin, sur la 3e, Rafik Bouras se soumettra au suffrage militant, succédant ainsi au jeune Julien Paudoie, qui se concentre désormais sur sa carrière professionnelle auprès du président de la Région Paca.

Test de popularité

Enfin, le vote des conseillers nationaux est à regarder de près. Chargé d’approuver la ligne politique, le conseil national représente en quelque sorte le Parlement de la formation politique. Une dizaine de candidatures ont été enregistrées par la fédération (***). En 2016, le trio Richard Tibérino, Christophe Rivenq et Laurent Burgoa est arrivé en tête du scrutin. Véritable test de popularité, ce vote permet aussi de voir pour qui le cœur des militants gardois balance... 

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com

(*) Contrairement au président, le secrétaire départemental est notamment par la direction nationale du parti Les Républicains.

(**) Ils étaient 2 600 militants en 2016 lors des précédentes élections internes.   

(***) Le dépôt des candidatures s'est clôturé ce lundi. 

Publicité
Publicité
Publicité

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité