ActualitésSociété

NÎMES École/Entreprise : CCI et Banque de France font jouer les jeunes

En blanc, Philippe Saigne-Vialleix, directeur de la Banque de France dans le Gard (Photo Anthony Maurin).

Les deux entités organisaient une session de jeu pour préparer les élèves en BTS à leur futur rôle au sein d'une entreprise.

Avec le jeu Aventure Entrepreneur, les jeunes du Lycée de la CCI ont pu côtoyer les salariés de la Banque de France (Photo Anthony Maurin).

Dans le cadre de la semaine école-entreprise, les étudiants en seconde année du BTS assistant gestion PME-PMI du lycée de la Chambre de commerce et d'industrie de Nîmes étaient conviés à la Banque de France pour une matinée ludique autour d'une prise de contact avec l'institution et d'un jeu de société.

Après avoir franchi les barrages sécuritaires, les élèves sont montés dans les étages pour jouer (Photo Anthony Maurin).

C'est une demi-classe du lycée de la CCI qui s'est présentée à la Banque de France pour jouer. Mais avant de jouer, il a fallu écouter et comprendre ce que fait la Banque de France. " Je suis très heureux car éduquer est une de nos missions. Mais c'est quoi la Banque de France ? Qui se jette à l'eau ? " lance Philippe Saigne-Vialleix, directeur de la Banque de France dans le Gard, avant d'écouter quelques timides réponses estudiantines, " À changer l'argent ! ", " Je ne sais pas mais je suis sûr qu'il n'y a plus d'argent dans les coffres... ".

Créée en 1800 (1848 à Nîmes qui était la 16e implantation en France) par Bonaparte qui n'était pas encore empereur, la BDF est une des plus vieilles institutions de France. Mais il faut dire que la structure est sacralisée, qu'elle a de nombreuses missions et qu'elle est un peu obscure.

Dans la salle de réunion lors des explications par Philippe Saigne-Vialleix (Photo Anthony Maurin).

Pour permettre un autre rapport entre les élèves et la Banque, place au jeu sans oublier les trois missions principales de la BDF, la stratégie monétaire, la stabilité financière et les services à l'économie. Une fois les termes d'éthique, d'indépendance, de banque centrale, d'Europe, d'émission de billets, de circuit économique  et de services aux particuliers ou aux entreprises, la partie ludique débutait.

Robert, Frédéric, Geneviève et Marie-Dominique, employés de la Banque de France, se prêtaient au jeu et intégraient les équipes afin d'arbitrer, d'animer et d'assurer le bon déroulement des parties. Le jeu ? Aventure Entrepreneur, tel est son nom. Un jeu de société lambda, avec plateau, cartes et pions. Un poil de mauvaise foi aussi ! Trois tables de jeu, les profs participent aussi.

Le jeu... (Photo Anthony Maurin).

Au cours de sa vie, environ un Français sur deux a ressenti le besoin de développer ses compétences en gestion budgétaire et financière. En effet, durant leur parcours, 85% des Français n’ont pas bénéficié d’enseignement ou de formation de ce type, que ce soit à l’école, au collège, au lycée, à l’université, dans leur entreprise ou dans un institut spécialisé.

" Donc là, on va devoir faire vivre une entreprise. On va faire des tours, on va embaucher, on va payer les salaires et les charges, percevoir les créances, investir, parler trésorerie, connaître les redressements fiscaux... ", annonce un salarié de la Banque de France. En fait, il faut trouver un secteur d'activité pour sa société, lui trouver un nom et un logo. Les équipes, des binômes, se mettent à rire ou à rêver mais gare à la balance du bilan actif-passif ! " De toute façon, si vos comptes sont faux, on le verra à la fin mais le but du jeu est d'avoir un bénéfice à la fin de l'année ! ", tente de se rassurer un enseignant.

En blanc, Philippe Saigne-Vialleix, directeur de la Banque de France dans le Gard (Photo Anthony Maurin).

Sur les trois tables de jeu, une se prend réellement au jeu : les entreprises sont sérieuses, les comptes sont bien faits et les enjeux semblent grossir avec le temps qui passe. Une autre table est raisonnable mais la troisième patauge un tantinet. " On a un peu magouillé ou en tout cas on a essayé. C'est un peu comme au jeu les Mille bornes mais c'est quand même sympa ", avoue une étudiante. " Ludique mais complexe ", " c'est comme une partie de révision car on fait un peu d'analyse financière ", " il faut bien ranger les cartes sinon on se perd et on fausse les comptes ", confirment d'autres élèves.

De la maternelle aux doctorants, la Banque de France agit pour l'éducation. Cette matinée de jeu devait simplement servir à appréhender, de manière ludique, la difficulté de la gestion d'une entreprise. Une fois le jeu terminé, les élèves sont passés par le bureau du directeur. Une surprise pour certains qui s'attendaient à " voir des lingots d'or ! " Pas de chance... Pas d'or.

Vous voulez acheter le jeu sorti cette année pour un cadeau de Noël pas comme les autres ? Cliquez ici et vous pourrez le commander car il n'y a pas de dépositaire dans le Gard. Comptez 25 euros (en fait 36 avec les taxes).

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité