A la uneCulture

AIGUES-MORTES La cité vue par ses photographes

Aigues-Mortes vue par Éric Beaumer

L’association aigues-mortaise Regards présente à la chapelle des Capucins les clichés de ses photographes et met à l’honneur André Rancurel. Une exposition à ne pas manquer pour découvrir de multiples regards sur la cité médiévale et ses environs. 

Aigues-Mortes est un cadeau pour les photographes. Ses habitants, ses amoureux, guettent toujours ses lumières infiniment changeantes sur les pierres, l’eau et le sable. Cité médiévale, village préservé et attaché à ses traditions camarguaises, premier salin et plus grand vignoble de France, Aigues-Mortes fascine depuis les débuts de la photographie.

 André Rancurel amoureux d'Aigues-Mortes

Andre Rancurel lors de l'hommage à Nicéphore Niepce (photo regards d'Aigues-Mortes)

Alors qu’il réalise dans toute la France des vues aériennes pour un éditeur de cartes postales, André Rancurel est séduit par Aigues-Mortes. Il s’y installe en 1969. Il représente les photographes professionnels au niveau régional, puis national, et à la fin de sa carrière, il enseigne la photographie à Montpellier. Attentif à tous les procédés et à la transmission, il découvre l’oeuvre de Charles Boulary (1856-1916) dont le fonds est, grâce à lui, conservé par la Ville d’Aigues-Mortes.

Ses séries personnelles sur Aigues-Mortes sont puissamment originales et poétiques. C’est l’œuvre d’André Rancurel qui est aujourd’hui mise en valeur.

Regards d’Aigues-Mortes présente aussi René Aujoulat, Dominique et Jean-Louis Baudequin, Gudrun Bauer, Éric Beaumer, Bernard Billet, Virginie Burgos, Jean-Marc Doussiere, Alberto Garcia, Maguy Lacombe, Serge Manse, Françoise Martin, Françoise Pichon, Isabelle Secretan, Jean-Pierre Servel, Michèle de Souza, Nathalie Stickelbaut, Alain Vielle, et rend hommage à Michel Travier, décédé en janvier 2019.

Pratique. Ouvert tous les jours de 10h à12h30  et de 14h à 18h. Entrée libre. Renseignements : Office de tourisme : 04 66 53 73 00 www.ot-aiguesmortes.com

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité