ActualitésCulture

AIGUES-MORTES De la terre aux nuages

Du 23 mars au 14 avril, une rencontre onirique au cœur de la Chapelle des Capucins.

De la terre aux nuages Aigues-Mortes (Photo D.R)

L’une modèle la terre et l’émotion humaine, l’autre apprivoise l’eau dans le silence de l’espace. Elles ont en commun ce je ne sais quoi qui vous emporte dans un univers immense, une introspection qui vous fait voyager aussi proche et aussi loin de vous-même. L'entrée est libre et ça se passe à la Chapelle des Capucins du 23 mars au 14 avril.

L'une sculpte…

Corinne Chauvet, sculpture sur terre (photo D.R)

Corinne Chauvet est née à Poitiers. Elle suit des études d’histoire de l’Art et d’art plastiques en France, en Espagne et en Angleterre où elle se forme dans des ateliers de sculptures monumentales. Sa formation de sculptrice s’est développée grâce à la céramique. La terre est reconnue depuis peu comme un matériau final en sculpture. Le grès noir lui procure l’opportunité de dire ses formes et ses émotions.

L’artiste joue sur les contrastes de couleur, notamment les ocres jaunes et rouges. Son exploration artistique puise dans la joie, la douceur humaine et le fou rire. Elle aime les conversations et la sérénité de notre petit moine intérieur. Ses sculptures offrent le miroir du meilleur de nous-même et son travail devient universel.

Corinne Chauvet a reçu de nombreux prix de sculptures en France et à l’étranger, notamment la mention du jury au Grand Palais en 2017, le grand prix de Monaco en 2016, le prix de la jeune création Midi-Pyrénées en 2014 et le prix des artistes cotés chez Drouot en 2012. Elle a été accueillie en résidence d’artistes à Shigaraki au Japon et à Leon en Espagne. Plusieurs galeries exposent son travail à Lourmarin, Monaco, Riquewhir et Paris. Corinne Chauvet est une chamane, elle établit des correspondances entre l'esprit et la matière.

… et l'autre peint

Claudia Loudun, Bengler encre sur papier (photo D.R)

Claudia Loudun Bengler, l’omniprésence de la Nature, la spontanéité du geste. La principale source d’inspiration de Claudia est la Nature dans ce qu’elle a de plus grand, l’immensité pour l’espace, l’échelle géologique pour le temps. Pour la découvrir et l’aimer, le voyage, du plus proche au plus lointain. Pour l’approcher et l’observer : le contact.

Sa pratique du vol libre lui a permis d’appréhender la nature dans toutes ses dimensions, de jouer avec le vent, de toucher les nuages, de dompter le vide, d’en saisir la présence, la matérialité…et d’en conclure qu’il est vivant, qu’il est plein. Plein de quelque chose d’invisible, qui vous porte, vous transporte, sur laquelle vous pouvez vous appuyer, vous reposer sans sombrer.

La méditation et le rêve lui permettent de laisser aller le pinceau sur la feuille, de guider l’encre dans l’eau. Emotions et impressions vécues s’expriment spontanément par le geste. « Le papier, l’encre, l’eau, le pinceau, et moi. C’est grâce à nous cinq que se forme l’œuvre, de façon un peu magique, parfois imprévisible. Peu ou pas de retour en arrière possible, si l’un de nous ne joue pas son rôle au bon moment, il faut recommencer. ». Le temps n’existe plus, l’œuvre se construit, s’organise, se structure et le vide prend sa place.

Aigues-Mortes. Exposition , De la terre aux nuages , à la Chapelle des Capucins place Saint Louis, du 23 mars au 14 avril de 10h à 13h et de 14h à 18h30. Entrée libre. Vernissage vendredi 22 mars à 18h30.

 

 

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité