ActualitésCulture

L’IMAGE DU JOUR Michel Seydoux, « optimiste permanent »

Michel Seydoux. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Cet après-midi, le producteur Michel Seydoux est venu à la rencontre du public alésien dans le cadre du festival Itinérances.

À l’issue de la projection de Jodorowsky’s Dune de Frank Pavich, Michel Seydoux a donné la vision de son métier ainsi que de précieux conseils aux nombreux étudiants présents ce mercredi après-midi au Capitole. Il est d’abord revenu sur son métier de producteur : « Si on veut faire un film, il faut qu’il soit très original et que je n’ai pas l’impression de l’avoir vu la semaine dernière. Un film, c’est aussi des rencontres ». Et le benjamin de la célèbre fratrie du cinéma français en a fait quelques unes…

Devant le public alésien, il rappelle les débuts de Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau, un film culte du cinéma français dans lequel Gérard Depardieu rayonne : « À l’époque, c’était le film le plus cher du cinéma français. J’ai senti que c’était une urgence pour Jean-Paul Rappeneau et j’ai dit oui sans beaucoup réfléchir ». Bien vu ! Interrogé sur les risques de son métier, le producteur partage son expérience : « Il faut beaucoup d’instinct et un peu de courage. Mais si on commence à avoir peur et faire des calculs, on fera des films très bien pour la télévision. C’est un métier où il faut être un optimiste permanent ». Un dernier secret ? « Il faut se donner à 100% avec de l’affect et de l’amour. J’ai fait tous mes films avec amour ».

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité