ActualitésSociété

NÎMES Un « Rendez-vous » taillé sur mesure

Jusqu'à dimanche, les aficionados et les autres sont attendus pour affiner leurs connaissances sur le monde des toros.

Fermín, en cravate bleue, entre Frédéric Pastor, adjoint à la tauromachie, et le maire, Jean-Paul Fournier, à sa gauche (Photo Anthony Maurin).

Rendez-vous en Terre d'aficion est une animation qui s'étale sur quatre jours, jusqu'à dimanche, et qui donne rendez-vous aux aficionados locaux.

Il faut savoir transmettre les codes et les valeurs taurines avant qu'elles ne se perdent dans les méandres de la vie moderne et d'un monde aseptisé. Les toros sont rugueux, l'univers qui gravitent autour d'eux l'est aussi sauf que ces dernières décades, en plus de ce handicap, ce monde s'est recroquevillé sur lui-même, oubliant de s'ouvrir aux autres et de former les futures générations.

Avec Rendez-vous en terre d'aficion, l'idée de la ville de Nîmes était de passer le flambeau à la jeunesse montante, de viser un public qui ne va pas forcément aux arènes et qui peut avoir des préjugés sur la question taurine. L'union fait la force et cette année encore, tout le monde est sur la même longueur d'onde. Pour Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes, il fallait remercier " les quinze club taurins qui sont associés à notre démarche en prélude à la feria pour laquelle nous allons vivre des moments exceptionnels. Nous allons aussi remettre la médaille de la Ville à Fermín López Fuentes. "

Une belle assemblée pour le lancement culturel du Rendez-vous en terre d'aficion (Photo Anthony Maurin).

Fermín, un prénom qui sonne clair pour l'aficion, un prénom qui sonne juste pour la tauromachie, un prénom qui s'est fait tout seul dans l'hermétisme de la mode. Sa sastreria, sa boutique, est spécialisée dans la confection d'habits de lumières. Ceux-là même qu'arborent les fiers toreros. Fondée en 1963, la sastreria Fermín est devenue incontournable dans le mundillo. Les petites mains et les grands esprits s'y retrouvent pour faire naître les plus belles pièces d'art vestimentaire en lien avec la tauromachie. Tout le monde est unanime à ce sujet.

Cette année, Fermín est aussi le flambant parrain du Rendez-vous de l'aficion à Nîmes. Il dispensera même des cours pratiques de couture au public afin que ce dernier comprenne les difficultés d'un tel métier et la finesse d'esprit qu'il faut avoir pour en arriver là où il en est aujourd'hui.

Le grand Fermín au micro (Photo Anthony Maurin).

Personnage humble au sourire ravageur, un brin espiègle, López Fuentes s'est dit heureux d'être ici et surpris de recevoir un tel honneur à Carré d'art, face à la Maison carrée. " Je n'ai pas le privilège de parler le français mais je veux dire merci à Nîmes car j'espère passer un bon week-end en votre compagnie. " Comme la tauromachie sera mise en pratique samedi et dimanche sur la piste des arènes, ce jeudi soir était surtout dédié à la lecture de la nouvelle qui a remporté le Prix Hemingway 2014, Latifa, d'Étienne Cuenant. L'association les Avocats du Diable était une nouvelle fois à la baguette.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité