Actualités

NÎMES ANRU 2 : Jean-Paul Fournier attend des actes !

(Photo : DR)

Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes, a rendez-vous mercredi 6 novembre au Comité d'engagement de l'ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine), avec Laurent Burgoa, adjoint délégué à la Rénovation urbaine, et en présence du préfet Didier Lauga, des présidents de Nîmes métropole, du Département et d'Habitat du Gard, ainsi que des représentants des bailleurs « Un Toit pour Tous » et « Erilia ».

Ils y défendront notamment les trois projets urbains portés par la ville de Nîmes qui concernent les quartiers du Chemin Bas d'Avignon/Clos d'Orville, de Pissevin-Valdegour et du Mas de Mingue.

"La Ville attend un engagement fort de l'État pour ces enjeux de rénovation classés parmi les plus importants de France. En effet, les problématiques dont souffrent ces quartiers ne peuvent accuser d’autres retards pour ne pas créer du désespoir là où ces projets apportent une espérance de changement et d'amélioration du cadre de vie des habitants concernés", indique Jean-Paul Fournier en préambule à ce rendez-vous parisien.

Ces projets ambitieux visent "à restaurer l’attractivité, la sécurité, la qualité de vie, et permettent de gommer les frontières visibles et invisibles qui enclavent ces quartiers pour les intégrer au reste de la ville", rajoute le premier édile.

L’État a souhaité la création de « Maisons de projets » afin que les habitants et les usagers soient associés à la démarche de construction avec l’ensemble des acteurs. La municipalité de Nîmes a été une des premières collectivités à répondre présent sur le territoire national. Ainsi trois « Maisons de projets » ont été ouvertes au cœur des quartiers. Véritables lieux d’échanges et de propositions, elles ont accueilli les conseils citoyens, les ateliers thématiques, les actions de mobilisation en direction de différents publics (enfants, jeunes, femmes, seniors…) et ont permis d’enrichir et d’amender le travail des équipes de maîtrise d’œuvre par des ajustements sur les besoins et des recommandations qualitatives. Cette initiative a surtout permis une réelle appropriation des projets par la population.

La Ville a également fait le choix "de placer la réussite éducative au centre de ses projets. Ainsi chaque quartier bénéficiera d’une refonte de l’offre scolaire" avec par exemple le pôle éducatif Jean-d’Ormesson dans le quartier du Mas de Mingue, un projet pilote au niveau national qui accueillera en 2020 les élèves "dans un cadre de vie propice à cette réussite." La Ville procédera également à la reconstruction de l’école Léon-Rousson au Chemin Bas d’Avignon et à la création d’un nouveau groupe scolaire à Pissevin en replacement de la maternelle Paul-Langevin.

"Notre ambition pour ces trois quartiers, qui regroupent près de 25 000 habitants, 9 200 logements sociaux et 3 000 logements en copropriété, sont à la hauteur des attentes des habitants. Aujourd’hui, les estimations évaluent à 470 M€ le coût des trois projets, dont près de 57 M€ à la charge de la Ville,  termine Jean-Paul Fournier. Notre situation financière ne nous permet pas de faire face à l’importance des investissements nécessaires à une véritable transformation urbaine de ces quartiers sans une aide soutenue de l’État. C’est pourquoi j’attends de cette rencontre une intention forte de l’ANRU à la hauteur de l’ambition des projets proposés et souhaités par cette institution."

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

1 commentaire sur “NÎMES ANRU 2 : Jean-Paul Fournier attend des actes !”

  1. A titre personnel je veux bien tout ce que vous voulez pour le mieux être des résidents des quartiers périphériques nommés. Nous pourrions ajouter à la liste les quartiers des Jonquilles, Nord-Gambetta et d’autres encore sans oublier notre centre ville qui aurait bien besoin d’une restauration digne de son patrimoine architectural, mais, parce que oui, il y a un mais, l’argent des contribuables ne doit pas être dilapidé dans des opérations sans limite. L’état doit assumer sa grande part de responsabilité en assurant la sécurité des biens et des personnes en faisant respecter nos lois ainsi que nos valeurs, parce qu’a titre personnel, oui, j’en ai assez de contribuer pour voir se développer autre chose qu’une certaine idée de la France.

    Conseiller RN Nîmes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité