ActualitésSociété

BAGNOLS/CÈZE Une dotation de l’État en plus pour la « politique de la ville »

Le secrétaire général de la préfecture, François Lalanne, et le maire de Bagnols, Jean-Yves Chapelet ,ont signé la convention de dotation "politique de la ville" mardi après-midi (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Jusqu’à présent, Bagnols n’était pas éligible à la dotation politique de la ville (DPV), des crédits de l’État destinés à aider les communes ayant un ou plusieurs quartiers classés "politique de la ville" à y mener des projets.

C’est désormais le cas, et pour 2019, Bagnols voit arriver 1,12 million d’euros de DPV pour ses projets. La convention a été signée ce mardi en mairie par le maire, Jean-Yves Chapelet, et le secrétaire général de la préfecture, François Lalanne, pour acter la mise en place à Bagnols de ce « système Robin des bois », comme le qualifiera ce dernier.

En tout, 4,5 millions d’euros de DPV sont répartis par les services de l’État chaque année entre Nîmes, Alès, Saint-Gilles et donc désormais Bagnols, qui a « su convaincre les services de l’État pour obtenir un montant particulièrement élevé », soulignera le représentant des services de l’État, qui qualifiera ce montant d’« exceptionnel ». Une manière aussi de dire qu’il ne faudra pas s’attendre à avoir autant l’année prochaine, soit dit en passant.

Le maire soulignera pour sa part, et c’est une habitude, le « travail en meute » réalisé par son conseil municipal, qui compte dans ses rangs le député Cellier, le président de l’Agglo, Jean-Christian Rey, et la conseillère régionale Catherine Eysseric, pour aller chercher les financements. L’élu insistera particulièrement sur le rôle joué par Anthony Cellier.

De nombreux projets concernés

Reste que cette DPV va permettre de « financer jusqu’à 80 % pour certains projets de la "politique de la ville" », souligne le maire. On y retrouve l’aménagement de la place Léon-Jouhaux, aux abords de l’école Jules-Ferry, pour 928 000 euros (dont 621 800 euros de DPV, soit 67%), le remplacement de la pelouse et de la piste d’athlétisme du stade des Escanaux, pour 1,3 million d’euros, dont 537 800 euros de DPV, l’implantation des bureaux de l’Inspection académique dans l’école Jules-Ferry, pour 94 000 euros dont 75 500 euros de DPV, ainsi qu’un projet en plus, permis par le dégel de crédits supplémentaires.

« Jeudi dernier nous avons eu la bonne nouvelle, grâce à un dégel de 3 % de crédits, la préfecture nous attribue 160 000 euros supplémentaires », avance le premier magistrat de la commune. De quoi poursuivre les travaux d’amélioration des locaux et d’embellissement des façades de l’école Jules-Ferry plus avant.

« Cette ville est en train de bouger et tous les partenaires nous suivent », résume le maire. « Bagnols est à un tournant important qui va durer plusieurs années, a pour sa part estimé François Lalanne. Nous n’en sommes qu’au début du renouveau de Bagnols, et on ne va pas lâcher. » Et le représentant de l’État de citer l’implantation de la Fnac, le dispositif Action coeur de ville ou encore la réouverture de la ligne TER et le projet de quartier prévu autour de la gare, entre autres. « Nous soutenons l’Agglo et Bagnols dans ce moment de renouveau, pour redonner à Bagnols sa dimension de ville moyenne pour que les gens aient plaisir à y travailler et à y vivre », conclura le secrétaire général de la préfecture.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité