ActualitésSociété

GARD RHODANIEN Un contrat pour définir les priorités et coordonner les actions de santé

ARS et Agglo du Gard rhodanien ont signé le nouveau Contrat local de santé mercredi à Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le Contrat local de santé (CLS) 2019-2022 qui lie l’Agglo du Gard rhodanien et l’Agence régionale de santé (ARS) a été signé ce mercredi matin à Bagnols. Un outil qui a pour but de définir et mieux coordonner les actions en matière de santé sur le territoire, notamment en faveur des personnes les plus vulnérables.

Le précédent CLS, signé en 2015 pour deux ans et prolongé d’un an en 2017, a vécu. Il a permis d’une part de faire un diagnostic de santé sur le territoire, mais aussi et surtout de mettre en place la mutuelle intercommunale, l’élargissement du dispositif Fruits à la récré, l’accompagnement d’un dispositif de prise en charge psychologique des adolescents ou encore la création de maisons de santé à Pont-Saint-Esprit et Goudargues.

Le tout « dans une démarche de collaboration », souligne le directeur de l’ARS pour le Gard, Claude Rolls, qui voit le CLS comme « un catalyseur d’énergies, de réseaux, pour mettre en cohérence toutes les politiques et les rendre le plus lisible possible. » Une démarche initiée par l’Agglo, et qui a été « recentrée sur ses thématiques, explique le conseiller communautaire délégué à la politique de la ville et à la santé, Denis Rieu. Nous en avons dégagé quatre : l’accès aux soins, la santé mentale, l’alimentation et l’activité physique, avec trois publics visés, les habitants des quartiers prioritaires, les personnes en perte d’autonomie et les jeunes. »

Voilà pour la trame de ce CLS, « qui n’est pas une machine à financements », dixit Claude Rols, mais qui concrètement permet de financer un poste pour coordonner les différentes actions menées par la multitude d’acteurs de la santé du territoire, même s’ils ne sont pas tous signataires, loin de là. De quoi les rendre réellement transversales, « ce qui est le plus important », affirme le président de l’Agglo, Jean-Christian Rey. L’idée, d’après l’élu, est que « la santé soit présente dans chacune des actions, que toutes les politiques l’intègrent. »

Aussi dans la ruralité. Le vice-président de l’Agglo et maire de Saint-Victor-la-Coste Robert Pizard-Deschamps soulignera cet aspect. « Le CLS a permis d’avoir des actions dans les communes rurales, comme la mutuelle intercommunale, le fruit à la récré ou encore le dépistage du cancer du col de l’utérus. Ça permet que nos communes soient moins isolées », affirmera ainsi l’élu.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Et aussi :

L’Agglo en a profité pour signé la charte du Programme national nutrition santé (PNNS), « qui permet aux collectivités de répondre à des appels à projets avec des financements pour permettre à tout un chacun de bénéficier de dispositifs », présente Claude Rols. Le but est notamment d’agir sur l’alimentation, « notre première médecine et notre premier médicament », commente le directeur de l’ARS pour le Gard.

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité