A la uneActualités

RÉTROSPECTIVE 2019 Mars : anniversaire aux Costières, Ruffin fait le plein et docteur déserteur

Les tribunes bien garnies du Stade des Costières lors de la rencontre européenne de Nîmes Olympique face à Stockholm Photo DR ObjectifGard

La fin de l’année, c’est l’occasion de prendre de bonnes résolutions pour les douze mois à venir. Au moins le premier… C’est aussi l’occasion de dresser le bilan de l’année écoulée. Objectif Gard ne déroge pas à cette tradition en proposant une rétrospective quotidienne des grands événements de l’année 2019. Zoom sur le mois de mars.

Les 30 ans du stade des Costières

Le début du mois de mars était marqué par un anniversaire, et pas n’importe lequel : les 30 ans du stade des Costières à Nîmes. Le 4 mars 1989, le premier match de Nîmes Olympique contre Montceau-les-Mines (2-0) attire 3.647 spectateurs dans le stade flambant neuf. Pour faire vivre le souvenir de ces trois décennies, Objectif Gard décide de sortir un supplément papier gratuit. Au fil des pages, on remonte le temps : du vote en conseil municipal aux grands soirs européens, du premier coup de pelle à des montées en divisions supérieures, des systèmes de sécurité innovants à cette architecture si spécifique… Pour le relire, c’est par ici !

François Ruffin accueilli comme une star à Sainte-Anastasie

Le député de la France Insoumise François Ruffin, qui a réalisé avec le cinéaste Gilles Perret le film « J'veux du soleil » consacré aux Gilets jaunes, est venu à Sainte-Anastasie le 16 mars pour la projection du documentaire en avant-première, en plein air, sur les terres de la manade du Gardon. Le parlementaire a été chaudement accueilli par les 3.000 personnes présentes, dont certaines apparaissent dans le film sorti en salle le 3 avril suivant.

Arrivée de François Ruffin à la manade du Gardon à Sainte-Anastasie. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

L’étudiante alésienne Marie-Bélen tuée à Marseille

C’était le 17 mars 2019. Marie-Bélen, une Alésienne qui étudiait à Aix-en-Provence, a été tuée d’un coup de couteau, près du métro La Timone, à Marseille, pour son téléphone portable. Une sauvage agression, qui résonne plus particulièrement à Alès d'où était originaire la jeune fille. Cet automne, une marche avait été organisée en sa mémoire dans la capitale des Cévennes.

Marie-Bélen.

Le médecin de Mons se fait la malle

Un beau matin du mois de mars, le médecin généraliste du petit village gardois de Mons est parti sans crier gare, laissant un millier de patients sur le carreau. Et on peut dire que les habitants ont eu du mal à avaler la pilule ! Ils ont été nombreux à se mobiliser pour manifester leur colère à l’égard de de ce docteur « parti comme un voleur » et pour réclamer la venue d’un nouveau médecin. Les Monsois ont également bataillé pour pouvoir récupérer leur dossier médical… Le docteur déserteur, quant à lui, a commencé une nouvelle vie à Bora-Bora où il exerce dans un centre médical.

Les villageois ont fait une marche ce matin pour sensibiliser les pouvoirs publics à la situation. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité