ActualitésPolitique

GARD RHODANIEN Le dernier conseil d’Agglo de la mandature « sans question polémique »

Le conseil communautaire s'est tenu à la salle polyvalente de Carsan, ce lundi 2 mars. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Calme. C'est ainsi qu'on peut qualifier le dernier conseil d'agglo du Gard rhodanien qui s'est déroulé ce lundi 2 mars à la salle polyvalente de Carsan. Peu de mains levées, une seule voix contre sur un des 25 points à l'ordre du jour, une ambiance nostalgique teintée par les discours de ceux qui prononçaient leurs dernières délibérations...

Oui, ce dernier conseil s'est déroulé comme le président, Jean-Christian Rey, l'avait espéré : "Le plus apaisé possible" et "sans question polémique". Pourtant, Yves Cazorla était dans la salle ce lundi soir, un sujet brûlant aux bords des lèvres : la piscine de Laudun. On pouvait s'attendre à ce qu'il prenne la parole mais il n'en a rien été. Il avait demandé en amont au président de l’agglo de mettre à l’ordre du jour une motion concernant la piscine de Lascours.

Une motion mise de côté qui a donc poussé le maire de Laudun-l'Ardoise à déposer un recours en référé au tribunal administratif. Celui-ci a été rejeté alors l'élu a décidé de se taire pour ce lundi. "Le recours a été jugé sur l'urgence qui n'a pas été avérée, mais il était urgent pour que ce conseil ne se déroule pas de manière illégale car on a respecté toutes les règles et il (le président de l'agglo) a décidé de ne pas mettre ce point à l'ordre du jour", commente Yves Cazorla en fin de séance, avant d'ajouter : "J'avais dit que je ne ferai pas de scandale. [...] On n'est pas là pour se donner en spectacle, il y a quand même des gens qui nous regardent." Il précise qu'il a déposé un autre recours sur le sujet. Touchée mais pas coulée, la piscine.

Touchés aussi, étaient ceux qui participaient à leur dernier conseil. D'ailleurs, Jean-Christian Rey a rendu hommage en fin de conseil aux 12 maires de l'agglo qui ont décidé de raccrocher l'écharpe. Comme plusieurs d'entre eux, Gérard Castor a souhaité glisser quelques mots. Vice-président délégué au Tourisme et maire de Cornillon, il ne briguera pas de 5e mandat : "Je n'ai pas pris ma décision de gaieté de cœur. Avec l'agglo et son peuple, nous sommes en quelque sorte un vieux couple. C'est un arrachement que de me séparer de qui j'ai tant aimé, à qui j'ai tant donné et qui m'a tant rendu en retour."

Des délibérations pour ne pas bloquer l'institution et les partenaires

Petit pincement aussi pour Didier Delpi, conseiller délégué à l'Agriculture, au Commerce et à l'Artisanat et maire de Saint-Gervais, qui a remercié l'ensemble des personnes avec qui il a œuvré et qui incite chacun à continuer "dans l'intérêt général et communautaire et de penser aux petites communes rurales." Un peu plus d'amertume dans la voix de Denis Rieu, conseiller délégué à la Politique de la ville et à la Santé et actuel 1er adjoint à la mairie de Bagnols, pas reconduit sur la liste du maire sortant, Jean-Yves Chapelet : "C'est avec un peu d'émotion que je participe à cette réunion. Mon engagement en tant qu'élu en politique était lié à une période de ma vie. Il n'était pas question que je fasse élu professionnel ni des mandats successifs. Il est toutefois difficile de rompre avec cette implication lorsque le choix n'est pas de son fait, ni celui des électeurs. Mais c'est ainsi et je l'accepte..."

Mais la séance n'était pas seulement celle des aurevoirs plus ou moins consentis. Elle était celle de la transition avec tout un lot de délibérations "permettant de ne pas bloquer l'institution et la vie des partenaires avec lesquels on travaille (en vue des élections municipales et intercommunales ndlr)", affirme le président. Ainsi, plusieurs attributions de subvention et des cotisations ont été votées. Par exemple, la contribution financière pour l'association Previgrêle, qui "via un mécanisme réduisant la taille des grêlons durant l'orage, permet de limiter les impacts au sol et ainsi de protéger les cultures", dicte Didier Delpi. La cotisation à ATMO Occitanie, pour surveiller la qualité de l'air sera aussi versée.

Un partenariat avec Cyril Ricci, champion du monde de duathlon

Le contrat "Territoire d'industrie Gard rhodanien-Pont du Gard" a été voté à l'unanimité tout comme la convention cadre AURAV 2020-2022 (Agence d'urbanisme Rhône-Avignon) chiffrée à 35 000 € cette année, qui accompagne la finalisation du SCoT (schéma de cohérence territoriale), actuellement en phase d'ajustements après enquête publique. Un partenariat a aussi été noué avec Cyril Ricci, le champion du monde de duathlon installé à Saint-Laurent-de-Carnols. Celui qui est maintenant ambassadeur du Gard rhodanien devra participer aux manifestations organisées sur le territoire sur les thématiques "alimentation" et "activité physique", dans le cadre du CLS (contrat local de santé), financé par l'agglo.

En fin de conseil, le conseil a aussi présenté une délibération en faveur de la filière vins, affaiblie par "la décision de l'OMC d'autoriser les États-Unis à prendre des mesures de rétorsions commerciales dans l'affaire des subventions illégales accordées au groupe Airbus, notamment pour la France", a conclu Jean-Christian Rey.

Marie Meunier

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité