Actualités

NÎMES Le projet de reconstruction du groupe scolaire Léo-Rousson se dévoile

Photo DR ville de Nîmes

La ville de Nîmes communique ce mardi soir sur le choix du futur projet architectural du groupe scolaire Léo-Rousson. Situé au sein du quartier Clos d’Orville, l’actuel établissement sera entièrement démoli et reconstruit sur site.

Concernée par la deuxième séquence de rénovation urbaine, la reconstruction de cette école s’inscrit dans une démarche globale de renouvellement urbain et de désenclavement du quartier. Conforme aux attentes des enseignants et parents d’élèves impliqués dans sa définition, la Ville a défini un cahier des charges et a organisé un concours de maîtrise d’œuvre pour la réalisation du groupe scolaire.

Le jury a sélectionné le projet de l’agence « HB More Architectes Nîmes » pour son programme urbain, social, environnemental et pour son ancrage et sa cohérence avec les caractéristiques spécifiques du site. Dernière école de type « Pailleron » de Nîmes, ses bâtiments modulaires, aujourd’hui inadaptés aux normes de sécurité incendie, laisseront place à un espace urbain de partage, pacifié et fluide.

Les travaux démarreront à l’été 2021 pour une ouverture en septembre 2023. Sur une surface de 2 500 m2, le groupe scolaire accueillera :
– 6 classes du CE2 au CM2
– 8 dispositifs CP/CE1 (groupe de 15 élèves)
– 5 classes de maternelles
– 2 salles de repos et de motricité.

Une école ouverte sur le quartier

Tout comme pour le pôle éducatif et culturel Jean d’Ormesson, la volonté de créer une école ouverte sur le quartier et ses habitants a émergé de la concertation que la Ville a mené auprès des parents d’élèves et des enseignants. Réunis aux seins d’ateliers, ils ont participé à l’élaboration du cahier des charges du projet architectural. La dimension de réussite éducative a prévalu, dans ce quartier Rep +, et la réflexion initiée au Mas de Mingue s’est révélée précieuse pour l’opération du Clos d’Orville.

En découle la volonté de la Ville de mutualiser les locaux et les usages :
– un parvis avec des bancs et un hall ouvert pour faciliter les rencontres, comme espace urbain de partage,
– un terrain de sport accessible aux habitants en dehors des temps scolaires, tout comme la bibliothèque, des salles polyvalentes et associatives,
– des salles communes réservées à tout le personnel éducatif de l’école.

Une projet qui s’insère dans la configuration végétale existante

La particularité du projet retenu réside dans le soin pris à conserver et tirer parti des arbres. L’école vient s’insérer dans la configuration végétale existante qu’elle valorise et amplifie comme élément paysager et levier de confort d’été.

Le cadre de verdure participe à l’identité du lieu : l’école sur deux niveaux positionnée au centre de la parcelle permet d’installer une gradation fine des espaces privés de l’intérieur de l’école jusqu’aux limites du site et aux espaces publics de la ville. L’architecture fine et transparente, découpée, organise des pleins et des vides, créant une osmose du paysage et du bâtiment doté de patios et pergolas végétalisées.

Le projet affirme ainsi la majesté des grands arbres du site, accentué par les larges débords assurant la protection solaire des façades sud et ouest et formant les couvertures des deux préaux. Les façades largement vitrées du rez-de-chaussée s’insèrent sous les casquettes.

L’aile Est abrite au rez-de-chaussée les espaces mutualisés ainsi que les espaces administratifs, polyvalents de l’élémentaire tandis que les espaces d’enseignement de l’école élémentaire s’installent à l’étage autour de deux patios. Cette gradation volumétrique, cohérente avec celle du quartier, favorise l’ensoleillement des patios et des salles de classes. L’aile ouest accueille en rez-de-chaussée l’école maternelle. Elle reçoit en toiture un jardin pédagogique, une aire de jeu et de promenade complémentaire.

Bâtiment économe en énergie

Ambiances intérieures bois, façades privilégiant le blanc réfléchissant, orientation sud, ventilation double flux, volets persiennes, production d’énergie autonome, matériaux sains sont privilégiés. Résolument conforme à la nouvelle réglementation thermique ce bâtiment durable, à faible impact carbone, sera facile d’usage, d’entretien et sera orienté sur le bien être des utilisateurs.

Durant les deux années scolaires concernées par le chantier, les élèves de maternelles seront acheminés à l’école Émile-Gauzy, qui, d’ici là, profitera d’un projet de rénovation. Les élèves de l’école élémentaire seront délocalisés au centre de loisir du Mas Boulbon, également légèrement adapté. Si l’établissement continuera à recevoir les enfants le mercredi et durant les vacances scolaires, il ne pourra plus en revanche accueillir de classes vertes.

Coût de l’opération : 9,583 M€ TTC dont 35% seront pris en charge par l’ANRU.

En images :

Photo DR ville de Nîmes
Photo DR ville de Nîmes 

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité