ActualitésPolitique

PONT-SAINT-ESPRIT Catherine Chantry met l’humain au centre de son programme

Catherine Chantry a fait monté sur scène ses 37 colistiers et quelque-uns de ses soutiens. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Catherine Chantry a fait monté sur scène ses 37 colistiers et quelques-uns de ses soutiens. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Ce mardi 10 mars, la candidate aux municipales de Pont-Saint-Esprit, Catherine Chantry a tenu une réunion publique à la salle des fêtes. L'occasion de présenter ses colistiers de "Union citoyenne spiripontaine" mais aussi de présenter les principaux points du programme. 

Premier colistier à être appelé sur scène : Laurent Ouillon, directeur de supermarché. Si la candidate est élue, il sera premier adjoint en charge de l'Économie, du Tourisme, de l'Agriculture et de la Communication. Elle compte aussi sur Hélène Ornia, conseillère municipale sortante à Saint-Nazaire, n°3 de la liste qui sera aux Finances de la Ville. Parmi les adjoints sortants, il y a également Nadine Chaniol qui sera aux Affaires scolaires et Jean-Noël Francisci qui sera adjoint au Sport, Festivités, Foire et marché et aussi Jean-Marie Daver qui rempilera au CCAS. Dans la liste, figurent aussi les noms des élus sortants : Marie-Thérèse Sequier destinée au Centre communal d'action sociale et Alain Morillon chargé de la mise en place de l'atelier participatif spiripontain.

Catherine Chantry est ensuite revenue sur "sa belle aventure qui s'est très mal terminée" au sein de la majorité sortante. Ne digérant pas la "demande, sans concertation, d'investiture La République en marche" de son ancienne alliée, Claire Lapeyronie en juillet 2019.

Chacune trace sa route de son côté dans cette campagne même si Catherine Chantry s'engage "à terminer tous les travaux qui ont été commencés". Elle fera également tout pour vendre l'Hôtel-Dieu et pour changer la gouvernance de l'Agglo. Mais ce qu'elle veut surtout dans son programme, c'est mettre "l'humain au centre de tout".

Et cela passera par une réduction des impôts : "Il est anormal que les citoyens payent plus d'impôts qu'ailleurs dans les villes de 10 000 habitants. Au premier conseil municipal, nous prendrons les décisions suivantes : la taxe foncière passera de 31,5 à 30 %, la taxe sur le foncier non-bâti passera de 99 à 55 % et la taxe sur les ordures ménagères passera de 16 à 15 %."

Un budget participatif de 4 millions d'euros par an

Il y a un chiffre que Catherine Chantry a répété à maintes reprises c'est 4 millions d'euros. Et cela correspond à la somme qui pourra être investie chaque année pendant cinq ans, selon ses calculs. C'est aussi un budget participatif : "En impliquant les citoyens, nous serons en mesure de mieux appréhender les problèmes à résoudre. Cela renforcera l'esprit d'équipe et les sentiments que nous partageons."

D'ailleurs, durant toute la campagne, l'équipe a travaillé sur l'atelier participatif spiripontain où chacun pourra apporter ses "doléances, idées nouvelles, projets". Les propositions seront présentées aux agents municipaux qui apporteront leur expertise. Si la liste est élue, l'atelier participatif sera opérationnel en juin.

4 millions d'euros c'est aussi le seuil que Catherine Chantry s'est fixée pour ne pas déborder les services municipaux qui, selon elle, "ont besoin de souffler. Il faut rétablir un équilibre et faire une meilleure répartition des rôles et des pouvoirs entre élus et services. Le moral des services est aujourd'hui au plus bas. Les gens ont le sentiment qu'on ne les respecte pas."

Marie Meunier

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité