ActualitésCulture

CONFINEMENT JOUR 2 Recommandation culturelle : côtoyez le gang des Peaky Blinders

Photo DR

Puisqu’il faut rester chez soi, en confinement, pour endiguer l’épidémie de coronavirus, Objectif Gard a décidé de vous proposer tous les soirs à 17 heures, une recommandation culturelle qui n’implique pas de sortir de votre salon. Place aujourd'hui à une série culte, devenue phénomène mondial...

Vous pensiez avoir vu les meilleures séries disponibles sur Netflix ? Avoir fait le tour des plus belles productions ? Que nenni ! Si vous n'avez pas encore visionné la série Peaky Blinders, vous êtes passé à coté d'une expérience à couper le souffle. Rarement une série n'aura réussi à capter l'attention tout au long de sa trame. Les épisodes se suivent et vous transcendent. Aucune place à l'ennui ou à la divagation existentielle, vous n'aurez pas le temps...

Diffusée en 2013 sur la BBC2, Peaky Blinders est LA série de référence, un western spaghetti à déguster sans modération. Plongez dans le Birgmingham des années 1920 ou règne une famille d'ouvriers prête à dominer le monde. Le gang des Peaky Blinders (littéralement "aveugleurs à visières"), dirigé par l'impitoyable Thomas Shelby, c'est un peu notre famille, en moins sanglante...

Steven Kight s'inspire de faits réels

On dit merci ! Merci au créateur Steven Knight d'avoir mobilisé ses souvenirs d'enfance et de nombreux témoignages pour avoir fait émerger ce petit trésor. À l'époque, la famille de Steven côtoyait le gang des Peaky, qui faisait fortune sur les paris illégaux hippiques. Sa mère, alors âgée de neuf ans, traversait le quartier avec un panier à linge et les parieurs y jetaient leur mise (des pièces de monnaie avec le nom du cheval ainsi que le nom de code de la famille). La vie était dure, leur histoire est devenu la propre mythologie du scénariste et notre source de poésie aussi...

Une esthétique à couper le souffle

Les prises de vue sont sensationnelles. La mise en scène veille à chaque instant à plonger le public dans un univers immersif. C'est simple, on sentirait presque l'odeur de fumée qui plane sur le quartier de Small Heath à Birmingham. À l'époque, l'industrie était florissante, les usines fonctionnaient à plein régime et donnaient lieu à des smog (nuages de fumée). L'ambiance a été reconstituée avec fidélité, jusqu’au décor du Garrison Pub qui appartient à la famille Shelby, aux chevaux et aux véhicules d'époque. La palette de couleurs est froide, presque sexy. Que dire des costumes ? Le style vestimentaire est savamment recherché. Tout l'argent passait dans les fibres et les tissus des costumes des Peaky, indicateur de statut social. À quand la mode Peaky dans les rues gardoises ?

Un Cillian Murphy exceptionnel

Oubliez tous les rôles qu'a tenus Cillian par le passé... Avec Thomas Shelby, vous découvrirez le goût du théâtre. Le jeu d'acteur est mené à la perfection, l'interprétation est grandiose de justesse. Sa voix originale, grave et suave, ajoute de la densité à son personnage. Tommy ne parle pas, il chuchote... Sa particularité ? Faire planer de longs silences. On ne sait jamais ce qu'il prépare et on prend plaisir à deviner sa pensée, à s’immiscer dans sa réflexion pour tenter de comprendre sa stratégie. Brutal mais doux avec sa dulcinée, impitoyable mais juste avec les bons, stratège mais loyal envers sa famille, Tommy est l'homme qui va mener les siens vers les sommets, au risque d'en perdre quelques-uns en chemin...

La bande originale, un personnage à part entière

Les cloches que l'on entend au début du générique reconstituent parfaitement le contexte industriel de Birmingham en terme de son: il est menaçant et sombre. La qualité de la BO est à la hauteur de l’interprétation, de la photo, des décors… Tout simplement géniale. Jugez plutôt : Nick Cave & The Bad Seeds (auteur du générique), PJ Harvey (notamment sa version de « Red Right Hand »).  Une trame punk-rock et folk contemporaine, délicieusement décalée pour une histoire située à Birmingham dans l’Entre-deux-guerres.

Linda Mansouri 

La série est disponible sur Netflix. Elle est composée de 5 saisons (6 épisodes par saison). Avis aux fans, la production de la saison 6 a dû être retardée en raison de la pandémie de coronavirus. 

Etiquette

Linda Mansouri

Après un Master 2 en Communication, j'ai choisi d'intégrer un journal dans l’ère du temps et trait d'union entre les Gardois... Ma mission: inventer tous les jours de nouvelles façons de vous interpeller, de vous surprendre et de créer du lien avec vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité